Nasser Kamel : "Le rôle de l'Union pour la Méditerranée est de mettre en relation les projets écologiques avec les investisseurs "

 |   |  1313  mots
(Crédits : Union pour la Méditerranée)
Présent à Marseille pour la troisième édition du Forum "Méditerranée du futur" organisé par la Région Sud, le secrétaire général de l'UpM, à la tête de l'organisation intergouvernementale depuis 18 mois, défend les actions qu'elle porte et veut convaincre les financiers à se pencher sur les projets écologiques désormais rentables.

La Tribune - Après un peu de plus de dix ans d'existence, on a l'impression que l'Union pour la Méditerranée a eu plusieurs vies, quel bilan tirez-vous de son action ?

Nasser Kamel : Je dirai qu'elle n'a qu'une vie, mais qu'elle en a aussi eu une qui l'a précédé. L'Union pour la Méditerranée (UpM) est une organisation qui vient dans la continuation du processus de Barcelone lancé en 1995, elle a hérité de toute la collaboration euro-méditerranéenne avec la volonté de faire un peu plus grâce à une gouvernance où la rive sud et nord peuvent piloter ensemble les projets. Nous sommes à la fois jeune et moins jeune. Concernant notre bilan, il est contrasté avec des débuts difficiles car le contexte géopolitique était complexe avec le Printemps arabe en plein éclat et la crise européenne de 2008. Mais l'intelligence de mes prédécesseurs et des équipes de l'époque c'est d'avoir compris que s'ils agissaient sur le levier politique, ils n'iraient nulle part donc ils se sont énormément concentrés sur la coopération sectorielle, qu'elle soit industrielle, économique, sur la condition des femmes, le changement climatique, le développement urbain, les transports... Et le temps a prouvé qu'ils avaient raison. Je constate encore aujourd'hui que les pays ont tendance à oublier ou laisser à l'écart leurs différends politiques quand il s'agit de coopérer sur des questions concrètes. Ce que nous avons fait n'est pas énorme, mais par rapport à notre taille et notre budget je trouve que c'est très intéressant.

Mais est-ce suffisant quand on voit les crises, politiques ou climatiques, qui secouent encore le bassin méditerranéen ?

Non, ce n'est pas suffisant, mais on ne peut pas regarder ce projet en termes de succès ou d'échec. Il faut le juger sur son impact par rapport à ses moyens, savoir s'il est positif ou nul. Et la réponse est oui nous avons une influence dans certains domaines, comme pour faire ouvrir les yeux sur la crise climatique. Dans d'autres nous en avons moins. Quand nous regardons notre bilan d'une année sur l'autre, nous constatons que nous avançons.


La Sommet des Deux Rives, qui réunit 5 pays de chaque rive, ne signifie-t-il pas que votre organisation à 43 pays est trop grande pour fonctionner ?

Je ne sais pas pourquoi cette initiative est prise pour une alternative, nous étions impliqués dès la conception de ce projet, j'ai été invité ici à Marseille pour en discuter. J'ai rencontré Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, rien que pour en parler. L'UpM, c'est la totalité des pays membres de l'Union européenne plus des pays du Sud de la Méditerranée. A l'intérieur de cela, il existe des opérations sous-régionales, nous avons le 5+5 qui fonctionne très bien et pour lequel nous jouons un rôle très important dans l'encadrement, la définition des sujets et l'appui des projets. Nous sommes le principal contributeur dans leur structuration.   Comment un cadre de coopération entre 10 pays pourrait en remplacer un de 43 états ? Il n'y en a pas un de plus important que l'autre. Au contraire, renforcer les échanges entre ces dix pays va créer un noyau dur qui peut aider la coopération entre les 43 pays.  Si nous avons des groupements qui partent plus vite que les autres cela va renforcer l'ensemble.

En ouverture de ce Forum, vous avez parlé de devenir acteur de l'investissement à impact positif, qu'est-ce que cela veut dire ?

Nous découvrons aujourd'hui que la région vit une crise climatique. Celle à l'échelle mondiale est grave, mais en Méditerranée elle l'est deux fois plus, nous nous réchauffons 20% plus rapidement. Il faut tourner ce défi en opportunité. Aujourd'hui, nous voyons très bien que trois composantes peuvent amener des ressources pour investir et créer des emplois dans un objectif d'atténuer les effets du changement climatique : les gouvernements, les institutions financières internationales, j'y inclus les instruments dédiés à la cause écologique comme le fonds vers pour le climat de l'ONU, et le privé. Ce que je constate en tant que novice, c'est qu'il y a énormément des ressources dans le privé. A Barcelone, où est notre siège, qui est une petite ville j'ai déjà rencontré cinq fonds à impact social qui ne font que cela.

Les investisseurs ne sont-ils pas freinés par le manque de rentabilité souvent associé aux projets écologiques ?

Jusqu'à quelques années auparavant oui, et c'était vrai dans un certain sens. L'électricité renouvelable par exemple était plus chère il y a 5 ou 6 ans. Lors d'un appel d'offres, un gouvernement devait payer plus pour éviter d'utiliser une production issue d'énergies fossiles. Désormais ce n'est plus le cas, la technologique a énormément évolué. Dans la ville de Sao Paulo au Brésil, un fond d'investissement a financé le changement d'éclaircissement de la ville pour qu'elle soit équipée avec des led. Ce n'est rien d'extraordinaire, mais cela a permis une économie de 64% de la facture de la municipalité et le retour sur investissement est de 13 à 14%. C'est sur ça que je travaille aujourd'hui. Dans les années qui viennent ce sera un secteur clef de nos économies. Je crois que nous avons notre place pour jouer le rôle d'intermédiaire utile. Je sais que c'est un peu théorique, mais pour moi ça a du sens.

C'est avec ce genre d'exemple que peut naître une impulsion politique et économique ?

Elle est plutôt économique. Investir dans le futur le responsable, cela ramène des bénéfices. C'est vrai pour d'autres secteurs que l'énergie. Le recyclage des déchets par exemple, c'est énorme comme moyen de développement économique et même de création d'emploi. J'ai signé une initiative privée avec la fondation d'Arnold Schwarzenegger qui s'appelle Région 20 pour le climat. Eux ils ont créé un fonds pour l'Afrique subsaharienne qui marche très bien donc nous les attirons pour faire la même chose dans la région. On parle de 250 millions de dollars et nous en avons déjà trouvé 50, car cela intéresse. Je crois qu'une chose que je devrais faire dans le futur c'est du matchmaking. Rendre les projets bankable et voir comment l'on peut créer des montages entre le public et le privé. C'est le rôle futur de l'UpM.

Dans les Bouches-du-Rhône, la pollution autour de l'Etang de Berre et du port, ou encore les bassins de rétention trop petits qui rejettent les déchets dans la mer sont pointés du doigt sans que des solutions ne soient trouvées.  Avez-vous un pouvoir d'action sur des problématiques locales de ce type ?

Agir concrètement non, mais je crois que les autorités locales ici, tout comme le gouvernement, comprennent bien les défis et les concepts que je vous ai décrit. La première édition de ce forum c'était sur le climat quand même ! Nous sommes loin encore de gérer un problème comme le plastique, mais la conscience existe. Nous avons des idées comme notre projet "chasseurs de plastique" et il y en a d'autres de qualité qui ne sont pas les nôtres. Certains pays ont banni les sacs en plastique. Ce n'est plus une niche sur laquelle un seul parti se positionnait. La classe politique en France et partout a été sensibilisée sur ces défis. Aujourd'hui je dirais même qu'un homme politique ne peut pas se permettre d'ignorer les priorités climatiques pour être élu. Alors je ne m'inquiète pas pour le futur que ce soit à Marseille, Barcelone ou Alexandrie parce que le monde politique va devoir faire face à ces défis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2019 à 20:00 :
Déjà relancer cette idée est bien mais en plus la relancer sur un thème permettant bien plus de marge de manœuvre car englobant l'analyse et la pensée c'est encore mieux. S'associer sur le terrain des idées étant déjà inconnu en UE. Les idées étant déjà inconnues en UE...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :