Jean-Luc Chauvin - CCIMP : "La compétition internationale est une compétition de métropoles"

 |   |  756  mots
(Crédits : DR)
Puisque les élections municipales sont un peu comme Noël – l'occasion de faire des vœux – le président de la Chambre de commerce et d'industrie Marseille Provence en a formulé – secondé et conseillé par des experts tant locaux que nationaux ou internationaux – quelques uns, réunis dans un document qui dit haut et fort et noir sur blanc quels sont les besoins et les attentes des entrepreneurs. Rappelant au passage que c'est du monde économique que vient la croissance.

Le timing ne saurait être mieux trouvé. A trois mois du scrutin municipal, et à une semaine de la trêve des confiseurs, la CCI MP profite du moment pour monter au créneau. Pas question d'être dans la lamentation, mais plutôt dans la prospective. Autrement dit, quels sont les leviers à activer, qu'est-ce qui manque vraiment, qu'est-ce qui peut être fait. Tout cela a exigé des mois de réflexion, de concertation, une plateforme collaborative, l'appel à contributions à des experts de tout bord - dont on notera au passage le médiateur des entreprises Pierre Pelouzet, le négociateur en chef de l'UE avec le Royaume-Uni, Michel Barnier, l'essayiste spécialisé proptech, Robin Rivaton, l'architecte dénué de langue de bois, Rudy Ricciotti ou Francesca Pirlone, professeur d'urbanisme à l'Université de Gênes... - et au final un concentré d'idées soumises aux candidats aux élections de mars prochain, pas seulement à Marseille, mais dans les 92 communes qui constituent le territoire.

Pilotage à deux têtes

Cette démarche de "conseils" éclairés, Jean-Luc Chauvin la légitimise assez facilement, rappelant qu'en tant que créatrices de richesse les entreprises ont tout à fait le droit de dire ce dont elles ont besoin bien sûr, mais surtout ce que elles, elles imaginent pour le bien collectif. "Puisque nous créons de la richesse, nous attendons des résultats concrets qui permettent aux entreprises de se développer, de gagner des ranking dans la compétition des métropoles. Car la compétition internationale est une compétition de métropole", assène le président de la CCIMP.

"Oui nous voulons accompagner le politique", et c'est donc pour le bien commun.

Parmi les idées qui se sont affirmées lors de la consultation, appelée justement "Tous acteurs", émerge celle qui suggère un co-pilotage élus/entrepreneurs appelé gouvernance bi-céphale public-privé dès lors qu'il s'agit de projets d'infrastructures portés par les communes et la Métropole. "Nous voulons prendre le meilleur des deux mondes, avec une nouvelle façon d'aborder les sujets, faire bénéficier le monde politique de l'expérience des entrepreneurs pour rendre meilleure la vie des citoyens".

TripAdvisor spécial action publique

Si conseiller c'est bien, évaluer la conduite de projet est l'aiguillon qui peut encourager à faire. Ce TripAdvisor est l'une des "idées folles" qui ont été suggérées par les différents contributeurs. "Nous revendiquons d'évaluer l'action publique", confirme Jean-Luc Chauvin, évidemment par un cabinet indépendant. "Cela existe ailleurs, pourquoi pas ici ?"

Les idées folles justement - il y a en a très précisément 15 - "peuvent paraître folles mais elles sont réalisables", considère le président de la CCI MP. Parmi elles, un RER qui relierait Aubagne, l'Aéroport et Marseille, une école de l'intelligence artificielle qui verrait le jour en 2025, une université des savoir-faire et des métiers de la mer, accueillir l'Exposition Universelle en 2027... "Nous avons été capable de l'accueillir en 1906, pourquoi 150 ans plus tard, nous ne saurions plus faire ?"

Figure aussi la suggestion de profiter des tramways et métros ne transportant pas de voyageurs de minuit à 5h du matin pour transporter en lieu et place des marchandises, déposées à des points relais, marchandises ensuite prises en charge par des vélos-cargos. "C'est ça, la livraison du dernier kilomètre".

Communiquer, communiquer

L'idée finalement c'est de contribuer à rattraper le retard pris par le territoire. Ce diagnostic posé, l'idée est de trouver comme se repositionner dans la liste des territoires en avance. Et pour cela - ce sont les experts qui le disent - il faut le faire savoir. Un déficit de communication qui n'est pas mesuré uniquement en dehors des frontières départementales mais aussi - et c'est peut-être là que réside la première amélioration à apporter - sur le territoire lui-même. Des experts qui encouragent à "muscler l'intelligence économique". Ce que Jean-Luc Chauvin traduit par "voir grand. Nous ne réussirons peut-être pas tout mais nous disposons des infrastructures, de la position géographique"... Bref, y a plus qu'à... D'autant que Marseille "est la ville de la rive sud de l'Europe et de la rive nord de l'Afrique", qu'un nouveau câble asiatique sous-marin arrive et qu'un second, reliant à l'Amérique latine suivra. "Nous entrons dans la club des villes les plus connectées au monde". Faudrait donc en profiter, intelligemment. Et que les vœux formulés, Noël ou pas, ne demeurent pas pieux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :