Lionel Canesi et la réforme des retraites : "Bloquer les comptes de campagne est un moyen d'engager le dialogue avec les politiques"

 |   |  681  mots
(Crédits : DR)
Pendant que les grèves perturbent le déroulement normal de l'activité quotidienne, notamment dans les transports, le président de l'Ordre des Experts Comptables Marseille PACA, appelle à une autre forme de blocage, celui des comptes de campagne des candidats aux prochaines élections municipales. Une façon, dit-il, d'engager un vrai dialogue constructif.

Sur le sujet, le président de l'Ordre des Experts Comptables PACA s'était déjà exprimé... contre. Notamment dans les colonnes de La Tribune.

Face à une situation qui ne s'améliore pas, préjudiciable au bon déroulement de l'activité économique, Lionel Canesi a décidé de monter - encore - au créneau.

Mais cette fois-ci, il s'agit de frapper un grand coup. Un coup médiatique mais surtout un coup qui vise à expliquer pourquoi cette réforme crispe et met à mal ceux qui font la croissance, c'est-à-dire les TPE et PME. Lesquelles, il est toujours bon de le rappeler, constituent, au moins en Provence Alpes Côte d'Azur, 98 % du tissu économique.

Une réforme, oui. Cette réforme, non

Ainsi donc, pour se faire entendre du plus grand nombre, point de manifestations ou d'actions de blocage dans la rue mais plutôt dans les comptes, ceux des campagnes engagées par les candidats au scrutin municipal de mars prochain. Un moyen qui, selon Lionel Canesi, permet d'engager le dialogue - explicatif des conséquences de la réforme des retraites telle qu'envisagée par le gouvernement - et qui évite de pénaliser les entreprises.

"Il n'est pas dans l'ADN des experts comptables de bloquer l'économie. Toute action de blocage engendre une répercussion sur nos clients", estime le président de l'Ordre régional. Ainsi donc ce blocage ciblé "ne va toucher que les politiques et cela doit nous donner les moyens de discuter, d'expliquer pourquoi nous sommes contre cette réforme".

Car c'est bien cette réforme telle qu'envisagée qui crispe aussi du côté des experts comptables. Pour Lionel Canesi, cette réforme n'est déjà plus aussi universelle que son nom veut l'indiquer, puisque des spécificités ont déjà été acceptées et introduites dans la réforme. "Cette réforme contredit ce qui est au fronton de toutes les mairies : liberté, égalité, fraternité. La réforme n'est pas égale et concernant la fraternité, pourquoi donc ne concerne-t-elle pas tout le monde, immédiatement ? Cette réforme, si elle est si excellente que ce que le gouvernement défend, devrait alors s'appliquer à tous", rajoute Lionel Canesi.

Que dire de l'âge pivot, à "64 ans, c'est une absurdité". Et de demander "que signifie vraiment retraite à taux plein ?". Rappelant par la même occasion que "la retraite est un sujet anxiogène. Il paraît normal pour tout Français de savoir à quoi celle-ci correspondra réellement".

Le système autonome, système vertueux

Lionel Canesi qui ne fait pas qu'appeler au blocage mais qui veut aussi être force de proposition. Et de rappeler que le système de caisse autonome des retraites fonctionne parfaitement. Celle des experts comptables versant, à titre d'exemple, 100 M€ par an à la solidarité nationale. "Le système de caisse autonome est bien meilleur que la réforme proposée. Il est plus rentable et plus solidaire".

Et donc, pourquoi ne pas "dupliquer ce système, vertueux, à toutes les professions ?", propose le président de l'Ordre régional. Qui propose un régime universel, pour tout le monde jusqu'à 40 000 euros, puis au-delà des caisses complémentaires qui prennent le relais et complètent - comme leur nom l'indique - "avec un régime tenant compte des spécificités des différentes professions".

Lionel Canesi, rappelant à titre d'exemple qu'un chef d'entreprise n'a pas le même parcours qu'un salarié, qu'un militaire sur le terrain fait face à davantage de mise en danger qu'un militaire chargé de tâches administratives...

Si bloquer les comptes de campagne est le premier acte - fort - pour dire son mécontentement, Lionel Canesi entend, d'ici la fin du mois, le 28 janvier prochain, provoquer une réunion avec d'autres représentants des professionnels libéraux tels les avocats, les notaires, les pharmaciens et la Chambre de Commerce et d'industrie. "Nous souhaitons réunir les présidents d'Ordre afin de discuter de la réforme mais en expliquant ses tentants et aboutissants". Provoquer le dialogue sans mettre à mal le tissu économique. Entre "visibilité et pédagogie".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :