French Tech 120 : ce que ça dit de l'écosystème

 |   |  925  mots
(Crédits : DR)
Avec 4 entreprises sélectionnées pour intégrer ce cercle restreint de pépites en hyper-croissance, le Sud peut certes se réjouir. Mais le choix mené par la Mission French Tech et Bpifrance met paradoxalement en lumière les difficultés auxquelles sont confrontées les jeunes sociétés innovantes. Dont fait partie l'accès au financement. Un point noir soulevé surtout du côté de Nice Côte d'Azur.

Crosscall, Imcheck Therapeutics, Wooxo et Fuel Flex Energy ont désormais un point commun, celui d'intégrer le cercle restreint des pépites en hyper-croissance. Quatre heureuses sélectionnées, toutes sur des marchés différents.

Quand la première prend sa place dans la téléphonie, la seconde s'est spécialisée dans la lutte contre le cancer, la troisième optant pour la cybersécurité alors que la quatrième est pionnière en dépollution écologique des moteurs et économies de carburant.

Quatre secteurs clés de l'innovation, quelle soit d'usage ou technologique. Sur des thématiques qui concernent le développement durable, la santé, la technologie. Pile dans l'air du temps si on peut dire.

Quatre entreprises qui ont aussi su construire leur développement, affiner les business modèles, essuyer des plâtres parfois mais qui toutes disposent d'un potentiel de croissance évident, qu'il convient donc d'encourager.

L'effet vitrine de compétences

Car il n'est pas facile d'être une startup. Et pas davantage d'être une PME. Car c'est là aussi un autre point commun.

Si ImChek Therapeutics correspond le plus à la définition originelle de startups, pour ce qui concerne Wooxo, Crosscall et FlexFuel Energy Development, elles sont belles et bien de jolies PME.

ImCheck Therapeutics, basée à Marseille et créée en 2015, s'est par exemple illustrée en levant 48 M€ début décembre 2019 afin de développer une nouvelle génération d'anticorps capable de mieux combattre les cellules cancéreuses. Un second tour de table - après un premier ticket de 20 M€ obtenu en 2017 - qui doit lui permettre, entre autres, de s'installer aux Etats-Unis dès 2021.

Pas très loin, géographiquement parlant, Wooxo, dirigée par Luc d'Urso, édite des solutions logicielles permettant de sauvegarder et synchroniser les données. Passée par le programme d'accélération de risingSud, l'agence de développement économique de la Région Sud en 2016, elle s'est renforcée au cours des deux dernières années par des opérations de croissance externe, reprenant dans son giron Synerway et Atempo. Un développement rapide pour celle qui est née en 2010. En dix ans elle a déjà franchit les frontières de l'international. Du French Tech 120, l'entreprise installée à La Ciotat en attend des opportunités de contrat avec l'Etat, ce qui lui doit permettre de se rapprocher des mairies et autres collectivités, mais aussi une visibilité plus large notamment grâce à des actions de communications auprès des ministères, des agences gouvernementales et services publics. Sans oublier la fabuleuse opportunité que représente les participations à des délégations officielles à l'international.

Pousser à l'excellence

Dix ans, c'est aussi l'âge de Crosscall. Le spécialiste de la téléphonie mobile outdoor est en pleine phase de croissance, regardant du côté du BtoB alors que le BtoC était sa cible première. Le French Tech 120 est forcément la possibilité d'aller plus vite sur cette stratégie, la mise en relation avec les grandes administrations nationales devant aider. Tout comme l'accompagnement de l'Etat pour "poursuivre le développement à l'international dans de nombreux pays et continuer à investir dans la R&D afin d'améliorer encore la performance des produits" dit-on du côté d'Aix-en-Provence et du PDG Cyril Vidal.

Si du côté de l'ouest de Provence Alpes Côte d'Azur on est bien représenté, du côté de l'est, seule Flex Fuel Energy Develpment se distingue. Positionnée sur un segment à la fois porteur et extrêmement innovant, la PME que dirige Sébastien Le Pollès est spécialisée dans le décalaminage à l'hydrogène, ce qui concerne les moteurs à combustion, particuliers ou industriels. Une méthode de dépollution écologique qui place l'entreprise basée à Sophia-Antipolis et dont le chiffre d'affaires devrait atteindre 18 M€  pour 2019, comme pionnière dans son domaine. Visibilité et coup de pouce conséquent à l'international sont parmi les sujets qui intéressent cette pépite dont la technologie intéresse aussi le militaire, un test avec la DGA étant dans les tuyaux. Et qui envisage des recrutements conséquents en 2020 pour ses filiales en Angleterre, en Espagne et en Italie notamment.

FlexFuel

Nouvelle génération obligatoire

Mais avec une seule pépite identifiée, la Côte d'Azur n'est pas très heureuse. Pourtant, nombreuses sont les startups innovantes, prometteuses, en cours de développement. Sauf que, le point noir principal demeure l'accès au financement. Lever des fonds, ce n'est pas forcément le Graal absolu mais financer la croissance est essentiel pour grandir et changer de taille. Or ce point noir est souligné depuis plusieurs mois déjà par le co-président de la French Tech, Cédric Messina. Qui dit que c'est bien ce déficit que révélait déjà le Livre blanc du numérique réalisé par la French Tech Côte d'Azur avec la CCI. "Il nous manque du financement, des réseaux, des pouvoirs de décision. Nous alertons depuis un moment sur ces manques. C'est sans doute l'une des problématiques dont la nouvelle agence d'attractivité Nice Côte d'Azur devrait s'emparer.  Faut-il être à Paris pour réussir ? On ne se concentre pas suffisamment sur la scale-up. Il existe ici peu de leaders matures. Il faut pousser une nouvelle génération d'entrepreneurs, afin qu'elle tire le territoire vers le haut". Un diagnostic qui peut servir d'éperon. Et qui concerne l'ensemble de l'écosystème, pas uniquement les startups...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :