Où en est First, le fonds d’investissement régional dédié à la santé ?

 |   |  636  mots
(Crédits : DR)
Initié par le programme de recherche Dhune, basé à Marseille, ce fonds veut renforcer la filière santé à l’échelle régionale. Soutenu par plusieurs institutions dont la Région Sud, il est actuellement à la recherche d’investisseurs, pour financer ses premiers projets d’ici six à neuf mois.

Après le diagnostic et le choix d'un gestionnaire de fonds - Sofimac innovation - place à l'action pour le fonds d'investissement First. Initié par le programme de recherche dédié aux maladies neurodégénératives Dhune, ce fonds vise à parfaire la filière des sciences de la vie en région, filière d'excellence certes, mais qui fait face à des difficultés de financement, en particulier pour les petites entreprises qui aimeraient passer à la vitesse supérieure.

L'an dernier, une étude de préfiguration a estimé les besoins à environ 100 millions d'euros. Un montant à collecter autant auprès d'acteurs privés que publics.

Le seul fonds en santé reconnu par la Région

Déjà, le fonds a obtenu des garanties de la part d'acteurs publics qui constituent un premier "nid d'investisseurs", comme l'explique Olivier Blin, coordinateur du programme. Parmi eux, les métropoles et universités Nice Côte d'Azur et Aix-Marseille ou encore la communauté d'agglomération de Sophia Antipolis, mais aussi la Région, qui a reconnu le fonds comme le seul sur ce sujet à l'échelle du territoire.

Un soutien qui pourrait en appeler d'autres. "Renaud Muselier, en tant que président de Région, est en lien avec l'État. La Région gère par ailleurs des fonds européens ce qui nous permet d'envisager des actions européennes".

Du côté du secteur privé, First a reçu des promesses de la part d' "opérateurs bancaires régionaux qui y voient la possibilité d'accroître leur présence dans l'innovation", qui plus est "dans un secteur qui est le premier employeur de la région". "Nous avons commencé à contacter et relancer des acteurs industriels, de grandes sociétés de l'économie de la santé mais aussi dans des activités complémentaires comme la sécurité et l'alimentation". Le fonds est par ailleurs très actif auprès des mutuelles. Enfin, "les associations de patients sont intéressées, de même que des personnes de la vie civile qui sont en train de se regrouper sous forme de holding".

En face, Olivier Blin assure que de "nombreuses sociétés qui envisagent des levées de fonds nous ont contactés. Nous espérons réaliser les premiers investissements d'ici six à neuf mois". Des investissements qui pourront être compris entre 300 000 et plusieurs dizaines de millions d'euros, à destination d'entreprises de tailles et de niveaux de maturité différents, issues d'un large panel d'activités. "L'intérêt du fonds est de concevoir la santé dans son sens le plus large". S'il s'agit surtout de financer de la biotech, des dispositifs médicaux ou de la e-santé, environ 10 % du fonds sera dédié aux cosmétiques, à la nutrition et au bien-être "qui contribuent également à l'état de santé des populations", de manière préventive.

Attractivité et création d'emploi

A long terme, Oliver Blin espère que le fonds nourrira l'écosystème grâce à des investissements censés être dépensés pour moitié sur place. "Les sociétés vont faire appel à des opérateurs locaux : des universités, des centres de recherche qui vont bénéficier de cela en termes de contrats, d'apprentissages et de professionnalisation", sous forme, par exemple, de thèses Cifre ; ce dispositif qui permet de faire financer une thèse par une entreprise en échange du recrutement d'un jeune doctorant.

Il est aussi question d'attractivité, aussi bien pour des investisseurs étrangers que pour des talents venus du monde entier. "Ce sera un gain de visibilité pour la Région qui sera alors identifiée sur la carte du monde comme un grand site de développement des produits de santé". Un dynamisme qui, espère Olivier Blin, doit se traduire par des créations d'emplois, directs comme indirects.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :