Kat Borlongan : "La French Tech doit permettre aux entreprises d'avoir un leadership d'opinion"

 |   |  679  mots
(Crédits : DR)
Présente à Cannes pour accompagner 30 CEO de jeunes pousses azuréennes, provençales ou venues d'autres territoires au salon IPEM, dédié aux fonds d'investissement, la directrice générale de la Mission French Tech redit bien que derrière le coq et sa capacité à porter une certaine image de la tech tricolore, c'est davantage la France qui doit être mise en avant. Et sa capacité à faire naître des champions, capables de réinventer le monde et de se déployer à l'international.

La Tribune - Pour la première fois, vous êtes présente dans le Sud et avez rencontré certaines jeunes pousses. Quelle vision avez-vous de l'écosystème local ?

Kat Borlogan - Je salue le très bon travail de la French Tech dans le Sud. Et le regard bienveillant de la Région. Ceci n'est pas un détail. La Région est très proactive et facilite l'expérimentation de certains projets. Ça doit être ça, le rôle d'une Région. En terme d'attractivité, le Sud doit jouer à fond la carte de la Riviera. Aujourd'hui certains talents quittent la Silicon Valley ou Londres pour Bali ou le Portugal. Il faut savoir les séduire, leur proposer une certaine qualité de vie. La Riviera est un pur produit marketing sur lequel il faut capitaliser. Ce n'est pas une question de BtoB ou de BtoC. Il ne faut pas oublier que c'est l'humain qui prend des décisions...

Le French Tech 120, révélé il y a une semaine, réunit des entreprises que l'on peut davantage considérer comme des PME plutôt que des startups. Pourquoi ?

Tout d'abord le French Tech 120 n'est pas un classement. Ce que l'on oublie c'est l'objectif. Il faut pousser davantage de champions. On ne se pose pas la question pour Netflix ou Google. Ce qui compte dans le back office du programme French Tech 120 c'est le rôle du correspondant French Tech, présent au sein de l'administration. L'administration a très peu de retour des startups avec lesquelles elle a pu avoir affaire sur certaines problématiques. Il y a aussi une démarche de transformation (de l'administration NDLR). C'est un peu l'apprentissage par le choc. 50 correspondants cela constitue une communauté et l'administration va utiliser cela comme un laboratoire.

Vous évoquiez dans une précédente interview à La Tribune, la crise des talents. C'est cela le vrai défi ?

Cette crise des talents est liée au degré de maturité des startups. Elles ont besoin d'expériences pour accompagner leur croissance. Elles ont besoin de profils qu'il faut parfois aller chercher à l'étranger. Se pose aussi la question des métiers qui évoluent, qui changeront encore demain. Il est aussi question de sales, de customer success, de customer maker... Il y a également beaucoup d'auto-censure au sein des talents. Certains se disent que la tech, les startups, ce n'est pas pour eux...

Vous participez au salon IPEM qui est dédié aux fonds d'investissement. Existe-t-il aussi une crise du financement ?

Le problème est moins une question de financement que d'accompagnement. Lorsqu'une startup choisit, entre un investisseur français et un investisseur américain, l'investisseur américain, c'est qu'elle cherche aussi une expertise, un réseau...

Le coq rouge continue, semble-t-il, de posséder un pouvoir d'attractivité...

Le plus important, notamment à l'étranger, c'est de mettre en avant la France plutôt que le coq. Le coq est utile pour rallier, pour fédérer. C'est le symbole d'une nouvelle génération d'entrepreneurs. La valeur du Next40 ou du French Tech 120 c'est la capacité de ceux qui les composent à se mettre ensemble et à créer une marque. On parle beaucoup de French Tech 120 mais ma préoccupation c'est French Tech Central. Tout ce qui est démocratisé, testé autour du French Tech 120 et qui fonctionne va être déployé avec French Tech Central. Quand on parle d'attractivité, on parle souvent création de startups. Mais il faut aussi être capable d'attirer sur son territoire le 2ème ou 3ème bureau d'une startup née ailleurs, voire même à l'étranger.

La French Tech peut elle, à terme, devenir un mouvement totalement indépendant ?

J'espère au contraire que l'Etat va continuer. La formation, l'immigration, les visas... tout cela c'est l'Etat. Nous devons être proactif sur les problématiques réglementaires - comme la 5G - pour permettre aux startups de ne pas perdre de temps. Les startups, c'est aussi notre team. C'est un travail collaboratif. Ce qui compte c'est que la France est un leadership d'opinion, que les entreprises soient entendues.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2020 à 10:33 :
a part la com, sinon dans les faits l'endogmie est telle et le climat social aussi que les gens ne sont pas dupes !

La French Tech doit permettre aux entreprises d'avoir un leadership d'opinion"

On ne fait pas rêver un environnement d'entre soi....
a écrit le 29/01/2020 à 13:02 :
L'international c'est en dehors de l'UE ou les pays membres de l'UE ont font parti?
Réponse de le 30/01/2020 à 11:05 :
Bonne question ! Le consortium financier européen devrait organiser une réunion le mois prochain sur le sujet afin de se mettre d'accord sur le vin prévu aux repas de celle d'après...
a écrit le 29/01/2020 à 10:29 :
"Il y a également beaucoup d'auto-censure au sein des talents. Certains se disent que la tech, les startups, ce n'est pas pour eux..."

Parce que la pensée en europe a été éradiquée par les milliardaires afin que ceux-ci puissent nous imposer leurs délires sémantiques à tel point que dorénavant en UE, celui qui pense se demande s'il est normal, va s'auto censurer car penser c'est réduire la marge bénéficiaire de l'actionnaire milliardaire alors qu'"il n'y a pas d'alternative" il faut que les riches soient toujours plus riches au détriment de tous donc réfléchir analyser est à bannir puisque naturellement opposé à la bêtise sémantique oligarchique.

"Nous devons être proactif sur les problématiques réglementaires - comme la 5G - pour permettre aux startups de ne pas perdre de temps."

Oui mais pas à n'importe quel prix bon sang ! LA 5G c'est une augmentation des micros ondes, à savoir ce qui cuit nos aliments et ce dont se servent les chasseur, les avions donc, afin de dérouiller leurs cibles sachant que cela tuerait un humain.

A l'ère d'internet, et j'espère quand même que vous voyez cela aussi le "arrêtez de poser des questions nous on sait ce qui est bien pour vous, écoutez-nous" est obsolète hein.

"Le commerce est l'école de la tromperie" Machiavel

Ce qui est bon pour le secteur marchand n'est pas forcément bon pour l'humanité, ce que se secteur est paramétré à oublier par cupidité, de grâce réfléchissez.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :