En collaborant avec l'AP-HP, Median Technologies veut valider sa plateforme iBiospy

 |   |  609  mots
(Crédits : DR)
C'est sans doute un partenariat qui peut tout changer dans la destinée de la PME basée à Sophia-Antipolis. Spécialisée dans la fourniture de solutions et d'imagerie innovantes, elle voit dans la réalisation de deux études cliniques avec Assistance Publique-Hôpitaux de Paris la possibilité de confirmer l'approche particulièrement fine de sa plateforme nourrie d'intelligence artificielle. Ce qui laisse entrevoir un large champ des possibles.

Après avoir obtenu, fin 2019, un financement de la BEI d'un montant de 35 M€, Median Technologies enchaîne 2020 avec une autre bonne nouvelle. Et celle-ci se situe davantage du côté clinique et recherche de sa solution. Car l'annonce de la collaboration avec AP-HP pour deux études cliniques est une phase essentielle dans la suite de son développement et dans l'implication plus forte de sa technologie propriétaire dans ce que l'on appelle la médecine prédictive.

Pour rappel, Median Technologies s'est positionnée dès sa création sur une approche  quantitative et qualitative de l'imagerie médicale. Comment, par une analyse fine et particulière des données relevées, permettre un diagnostic et donc un traitement au plus près, personnalisé. Et aussi, non invasif.

IA et data, l'addition de compétition

Ce que vont permettre les deux études cliniques menées c'est justement de valider ce que permet iBiopsy.

Cette plateforme phénomènique s'appuie sur des algorithmes d'intelligence artificielle et elle constitue quelque peu le cœur du réacteur de la technologie développée par Median Technologies. Or pour être fine et être capable d'être la plus personnalisée possible, l'intelligence artificielle se nourrit de données. En participant à deux études significatives en terme de patients et de cas, c'est donc de la donnée importante et à haute valeur ajoutée qui est apportée à la PME sophipolitaine. Lui donnant ainsi la possibilité de faire la preuve de son concept, à une échelle qui devient large, donc stratégique.

Les deux études - l'une réalisée à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière et l'autre à l'Hôpital Paul Brousse - concernent le cancer du foie, cancer qui constitue la quatrième cause de décès dans le monde, le taux de survie s'établissant à 18 % à 5 ans. Un cancer qui, par l'hétérogénéité des tumeurs hépatiques, voit les stratégies thérapeutiques être difficiles à s'organiser. Or les deux études prévues vont permettre d'adresser le diagnostic précoce, le pronostic des patients et le suivi dynamique de la réponse aux traitements.

La collaboration est donc essentielle pour Median Technologies mais elle est toute aussi d'importance pour le monde médical, à l'instar de ce qu'explique le Professeur Olivier Lucidarme, chef du service radiologie polyvalente et oncologique à la Pitié-Salpêtrière, appuyant sur l'exploitation qui pourra être faite des images et de leur contenu "caché", c'est-à-dire pour l'heure non exploité parce que non analysé.

Saut technologique

L'intelligence artificielle est le cœur de la technologie développée par Median. Comme l'expliquait récemment son dirigeant Fredrik Brag, à La Tribune, l'IA permet d'adapter un traitement spécifique à chacun. "Nous allons être capable d'être plus forts pour mieux comprendre la maladie". Surtout, la PME veut apporter une réponse bien plus amont. "Nous allons pouvoir traiter les maladies plus tôt. Cela autant pour le cancer que pour les pathologies neuro-dégénératives. Dans les années à venir, nous allons pouvoir faire, grâce à l'IA, des découvertes qui vont rendre obsolète tout ce que l'on savait". Median continue donc de dérouler son plan de développement. Car cette collaboration est la première d'autres partenariats à venir. Et Fredrik Brag ne le cache pas, elle "ouvre de nombreuses perspectives pour des études ultérieures, y compris sur d'autres pathologies". Tout un champ des possibles qui tend à donner corps - et réalité - à la médecine prédictive. Pour rappel Median Technologies est présente en Chine et aux Etats-Unis. Le chiffre d'affaires 2019 s'établit à 9 M€, en augmentation de 41 % par rapport à 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :