Renaud Tarrazi, l'architecte qui sublime le contexte

 |   |  542  mots
(Crédits : DR)
Il se dit passionné par la chose entreprenariale et le travail d'équipe. Fondateur de l'agence MAP, née à Marseille, il a essaimé peu à peu en Provence Alpes Côte d'Azur. Avec toujours la même philosophie, celle de privilégier le contexte plutôt que la jolie photo.

L'architecture, il est tombé dedans dès son plus jeune âge. Par atavisme familial. "J'ai toujours vu des calques et des stylos à la maisons", se souvent-il. L'appétence pour l'imagination fait le reste. Renaud Tarrazi sera architecte. Mais il n'y a pas que l'architecture qui le passionne. L'entreprenariat aussi. "Quand on fait archi, on n'apprend pas à être entrepreneur". Pourtant, fait-il remarquer, "quand on dirige une équipe, quand on prend des décisions juridiques, RH, commerciales, on a tout du chef d'entreprise".

Le passage par le CJD puis l'APM lui permet de cultiver ce goût de l'entreprenariat. Evidemment, ces expériences structurent aussi l'homme. "Être un bon chef d'entreprise me passionne", répète Renaud Tarrazi qui revendique posséder "une vraie âme d'entrepreneur". Et qui considère que son équipe - une cinquantaine de personnes - "c'est ma famille, mon cercle". Essentielles, les valeurs de travail de groupe, de confiance, sont une sorte de socle commun.

Le contexte plutôt que la photo

Être architecte, au fond, c'est quoi ? "Pour être architecte, il faut savoir lancer des idées, creuser des pistes". MAP, née en 2011 de la fusion de trois sociétés, a permis de "passer de la taille artisanale au cap de la TPE et de l'organisation davantage structurée". 2015 est l'année du déploiement vers la Capitale. MAP s'est aussi structurée sur la bande littorale, de Nice à Perpignan en passant par Toulon. Le style MAP en revanche, ce n'est pas un concept dupliqué, copié-collé. D'ailleurs Renaud Tarrazi le dit, "notre signature n'est pas une signature formelle. Notre signature est dans la démarche que nous employons, qui est très contextuelle. Le contexte est prégnant dans la façon de penser un projet". Autre ligne directrice, celle de toujours penser à l'utilisateur final. "Notre démarche est toujours la même, quel est le meilleur projet pour le programme ?, explique Renaud Tarrazi. Qui le dit autrement. "Il ne faut jamais sacrifier un projet pour que la photo soit jolie".

Perpétuelle remise en question

Numérique, préoccupations environnementales, énergétiques... le monde de l'acte de bâtir est forcément secoué par les évolutions sociétales, les besoins... "Nous sommes dans un secteur en perpétuelle évolution". Evidemment l'approche environnementale est de plus en plus affichée dans les projets. MAP travaille d'ailleurs avec des paysagistes pour apporter une "valeur verte", avec "une perpétuelle remise en question".

Une remise en question qui est aussi provoquée par le numérique. Le BIM, cette maquette numérique, qui doit rassembler les acteurs de la construction, est clairement une "nouvelle façon de travailler". Une nouvelle approche qui privilégie entre chaque acteur engagé sur un projet, le fameux travail d'équipe, si chère au cœur de Renaud Tarrazi. Le numérique qui n'est pas (plus que) high tech mais qui se mâtine aussi de low tech dit-il. L'architecture, cœur du bâti, doit constamment faire preuve de faculté d'adaptation, d'innovation. C'est un challenge qui va bien à Renaud Tarrazi puisque c'est aussi la définition de l'entrepreneur. D'ailleurs, finalement, il le dit bien "ce qui est passionnant c'est la diversité des projets". Ne jamais faire pareil mais recréer toujours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :