Didier Raoult : "Dire que la chloroquine est un poison au moment où on en a besoin, cela n'a pas de sens"

 |   |  703  mots
(Crédits : DR)
Mis sous le feu des projecteurs depuis plusieurs jours, le directeur de l'Institut Méditerranée Infection basé à Marseille explique dans un entretien vidéo publié par l'IHU pourquoi le traitement qu'il préconise dispose d'un réel intérêt. Et en profite pour rejeter les critiques énoncées par ses pairs. Droit dans ses bottes et… droit au but.

Il se dit "touché" par les marques de soutien et de sympathie qui lui arrivent à flot. Dont le soutien de l'Assistance Publique et de l'ARS, ainsi que des collectivités. Mais explique aussi qu'il ne peut répondre à ces sollicitations, "trop occupé", à traiter les 75 malades hospitalisés et les 600 personnes qui viennent, tous les jours, depuis lundi, se faire dépister.

Interrogé via un entretien vidéo posté sur Youtube sur la toxicité évoquée de hydroxychloroquine, Didier Raoult dit avant tout qu'il est "prématuré de donner des résultats cliniques sur la suite des personnes que l'on traite, mais ne vous inquiétez pas, tout va bien". Et d'entrer tout de suite dans le vif du sujet : "concernant la toxicité, le monde devient fou". Rappelant au passage que la FDA (Food and Drug Administration, organisme qui autorise la commercialisation de médicaments aux Etats-Unis NDLR) "qui est un gendarme extrêmement sévère, a donné son feu vert pour traiter les New Yorkais avec l'hydroxychloroquine et l'azithromycine". Et de donner des chiffres, "pour mettre en perspective" s'appuyant sur une étude menée au pays de l'Oncle Sam, où il ressort qu'1 personne sur 8 a recours à l'azithromycine, en une année. "Concernant la chloroquine, plus d'un milliard de personnes en a mangé". Voilà qui est posé.

 Prescriptions déjà effectuées

Interrogé sur les complications cardiaques - notamment des torsades de pointe - que le traitement qu'il préconise pourrait provoquer, Didier Raoult veut rassurer, indiquant que celles-ci concernent des personnes qui ont de multiples maladies et de multiples médicaments, que ces torsades sont détectables avant qu'elles n'arrivent et se traitent par du magnésium en intraveineuse. "Donc ce sont encore des fantômes que l'on agite là. Je ne sais d'où ça vient mais dire que l'hydroxychloroquine qui a été prescrite à des millions de personnes, depuis 30 ans, est un poison, ça laisse absolument rêveur. Que l'on découvre cela juste au moment où on en a besoin c'est absolument étonnant". Et d'enchaîner en précisant que "globalement ce sont des médicaments qui ont été prescrits à des milliards de doses. L'azithromycine est le traitement le plus utilisé au monde dans le traitement des affections respiratoires, on tombe des nues lorsque l'on dit découvrir que c'est un danger extrême. Tout cela n'a pas de sens".

 Traiter tôt

A la question - les critiques ? - qui concernent le traitement des patients en réanimation, le professeur Raoult précise qu'à ce stade précis, les malades "n'ont presque plus de virus, nous n'arrivons même plus à le cultiver. Donc c'est trop tard pour traiter avec des anti-viraux. C'est quand nous avons affaire à des formes modérés, moyennes ou qui commencent à s'aggraver qu'il faut traiter parce qu'à ce moment nous contrôlons le virus qui se multiplie", précise-t-il. Dont dès qu'il y a perte de l'odorat ou du goût du sel. "Ce sont ceux qui ressentent cela qu'il faudra traiter en priorité".

Concernant les chiffres de mortalité, Didier Raoult explique surveiller "la mortalité réelle dans notre échantillon à nous. Si nous considérons les 4 derniers mois de cette année par rapport à la même période l'an dernier, nous constatons deux fois moins d'infections respiratoires virales. Il y a moins de grippe et de virus respiratoires qui ont circulé. Nous verrons les données pratiques que nous récolterons. La leçon de ça c'est que c'est une maladie qui se répand, la mortalité touche la même tranche de mortalité que les autres affectons virales respiratoires". Un discours qui veut sinon rassurer, tout au moins calmer le jeu tant le sujet de chloroquine comme traitement au Covid-19 est devenu le sujet passionnel du moment.

Pour rappel l'IHU a communiqué ce 22 mars être décidé "conformément au serment d'Hippocrate que nous avons prêté", à traiter les patients diagnostiqués comme infectés par une association combinant hydroxychloroquine et azithromycine.

L'Institut Hospitalier Universitaire Méditerranée Infection, créé en 2011, est spécialisé dans la lute contre les maladies infectieuses. Parmi ses fondateurs on trouve l'ANR, la Région Sud, le Département des Bouches-du-Rhône et la Ville de Marseille.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2020 à 18:04 :
Je n'ai aucune compétence en médecine. Et suis donc incapable d'estimer si oui ou non le traitement de Raoult est pertinent. Par contre il est clair que certains arguments dégainés par ses détracteurs sont ...surprenants.
La dangerosité de la chloroquine en fait partie. Quels traitements espèrent-ils utiliser qui aurait moins de contre indications? qui serait mieux connus?
Surtout quand auront ils ce traitement alternatif à proposer ?
a écrit le 26/03/2020 à 10:42 :
Comme depuis des années la France en retard. Le Médiator interduit aux USA, en Suisse depuis des années à continué à faire des centaines de victimes en France. La faute à qui, aux Labo, aux politiques avides des "commissions". Et les méthodes contraceptives, en Suisse, aux Pays nordiques, et en France après combien d'avotements ratés...Vous en connaissez beaucoup d'autres...L'amiante.....
a écrit le 26/03/2020 à 8:23 :
Balancer du fric à tour de bras ne sert à rien, appliquer un traitement est la priorité. Nos politiques ne voient pas l'arbre qui cache la forêt ! Avec un très gros risque d'inflation.
a écrit le 25/03/2020 à 18:48 :
J'ai pris de la Nivaquine en prévention du paludisme, pendant des années pour des missions en zones tropicales, et 30 ans plus tard je suis toujours vivant et sans séquelles ! La chloroquine va être validée, ce sera le dernier épisode d'une crise gérée par des clowns. Ajoutez à cela les GJ et les retraites, en 2022 la présidentielle est jouée d'avance...
a écrit le 25/03/2020 à 17:17 :
Je ne suis pas un expert des infections bacteriennes et des virus, mais vu le CV du professeur Raoult et malgré son côté un peu "divergent" de la doxa scientifique, il semblerait que la solutions de l'hydroxychloroquine soit une bonne solution contre le coronavirus. Certes ce type de médicament a des effets secondaires comme des effets cardiaques mais en cas de guerre contre ce virus mondial on ne doit pas négliger cette solution !. DOnc on ne peut pas dire que la chloroquine est un poison et que le professeur Raoult est fou ! Oui nous devons combattre ce virus par beaucoup d'essai clinique. Les soignants sont réellement en première ligne et face à une menace mortelle permanente. Donc tout mon respect et ma reconnaissance à la medecine d'urgence, à la medecine de réanimation et tous les personnels des hopitaux ,des maisons de retraite ou autres aides à domicile.J'ai un proche qui travaille malgré sa retraite dans le secteur de l'aide à domicile comme directeur d'association ADMR et je tient à dire toute ma reconnaissance en ces temps très difficiles. Donc non l'hydroychloroquine n'est pas une mauvaise solution et il faut en tenir compte pour se battre contre ce fameux virus !!
Réponse de le 26/03/2020 à 1:01 :
aucune admiration pour les personnels médicaux dans les hopitaux. Le nombre de gens qui meurent à domicile parce que ces gavés ne veulent rien faire est un véritable scandale. Le directeurs d'hopitaux ne veulent pas de l'aide que peuvent apporter les cliniques. Mais plus graves, les directeurs d'hopitaux ne veulent pas entendre parler de l'aide que pourraient apporter les médecins du privé quand au système immunitaire. Le système immunitaire de chacun est là pour faire face à ce type d'épidémie et si il est soutenue par exemple par de la vitamine C, il peut parfaitement tenir et maintenir en vie !!!!
a écrit le 25/03/2020 à 16:01 :
Ne lâchez rien Raoult ! Le bon sens est avec vous.
a écrit le 25/03/2020 à 14:59 :
Le Sommet de l'Etat est depuis toujours Otage des Lobbyings,
Dont celui de l'industrie Pharmaceutique qui veut ici, garder la main DANS LABSOLU,
Et faire des milliards de profit, sur un traitement vendu au prix fort à la sécu dans 2 ans

Le pouvoir continuera à faire Diversion et freiner des 4 Fers, sous pression du lobbying
TOUT PUISSANT
quant à cette molécule à prix dérisoire, sur laquelle le le Professeur Raoult INSISTE

ECOEURANT !!!!!
a écrit le 25/03/2020 à 14:38 :
Ce Professeur Raoult est très crédible, la majorité silencieuse lui fait confiance ;

Par ailleurs il ne faudrait pas que le gouvernement de Matignon l'Elysée cherche à distraire les françaises et les français après avoir perdu plus de 2 mois de retards mortifères dans l'affaire du covid-19

Pour le reste, les entourages de faux experts de Macron et du gouvernement Philippe sont loin d'être propres, lourdement entachés par des affaires à répétition, le charlatanisme, la cupidité associée aux mensonges, les tricheries, les carambouilles,

un entourage macronien dont il faut rappeler les "célébrités" dans d'autres domaines :
Delevoye
Goulard
Benalla
Griveaux
Kohler
DeRugy
de Sarnez
Bayrou
Ferrand
Pénicault
Flessel
Nyssen

Qui peut encore faire confiance à ce gouvernement et à ce président de pacotille et de singeries ?
Réponse de le 25/03/2020 à 17:02 :
Melissa, arrête de tout mélanger, on voit bien que tu n' aimes pas Macron mais c vraiment pas le moment, c'est Mélenchon ou Le Pen qui te font rêver ….
a écrit le 25/03/2020 à 14:10 :
Il existe dans le monde une pharmacovigilance qui surveille les effets secondaires des préparations et molécules mises sur le marché .
La chloroquine est une vieille molécule , plus trés rémunératrice il est vrai , qui dispose d'un historique long : on en connaît trés bien les effets secondaires et contre- indications .
Administrée sous surveillance médicale , aucun obstacle , à part des intérêts mercantiles , ne s'oppose à son usage .
Ce sont les mêmes experts qui ont supprimé les stocks de masques qui en empêche une usage massif aujourd'hui .
L'état devrait d'abord protéger nos frontières , notre santé et l'éducation de nos enfants
La faillite est totale , nos anciens surtout vont en payer le prix fort .
Tous ces politiques qui ferment écoles et commerces , mais encouragent à aller voter , me donnent la nausée : l'histoire retiendra qu'ils ont été encore une fois responsables mais pas coupables .
Cette épreuve collective et individuelle devrait nous faire réfléchir à ce que nous voulons vraiment faire de nos vies .
Bon vent à nous
a écrit le 25/03/2020 à 13:10 :
Professeur Raoult ,chaque jour qui passe vous donne raison de plus en plus, en face de vous il y a l armée des bons a rien qui nous proposent que de nous enfermer chez nous pour mourir; Ils sont incapables de guérir ne serait ce qu 'un seul malade avec leurs soit disant milliers de lits. Le temps de toute façon sera le seul juge et si nous sommes toujours vivant pour le voir ,ils devront rendre compte pour tous les morts disparus.Nous retrouvons l obscurantisme moyen age, demain le haut comité des sourds viendra postuler que la terre est plate!
a écrit le 25/03/2020 à 13:06 :
Carences criminelles de l'état :

1 - L'état ne ferme pas les frontières quand cela aurait été utile
2 - Manque cruel de préparation à une épidémie massive (et aux attentats biologiques ?)
3 - Dissuasion d'utiliser un médicament préconisé par les scientifiques Chinois et US alors que des personnalités politiques y on eu recours (Lobby pharmaceutique derrière ?).

Je pense qu'à la fin de la crise certains haut fonctionnaires auront intérêt à se faire tout petit. Nous sommes aussi la risée de la planète quand les chinois montent deux hôpitaux en une dizaine de jours alors que nous arrivons à peine à monter une tente...
a écrit le 25/03/2020 à 11:57 :
Les médicaments, la mauvaise foi de notre ministre était connue, les contre indications et effets secondaires n'ont rien de nouveau.
Pour l'instant, en France, seuls les cas graves peuvent être traités, quand il est trop tard.
Quels intérêts nous cachent le ministre de la santé, le premier ministre, le président de la République Française?
Réponse de le 25/03/2020 à 12:23 :
La première réponse instinctive qui relève de l' impréparation de l' état pourrait être l' absence de la molécule à grande échelle, en provenance ou de chine ou des usa, la seconde une arrière-pensée de vacciner ..
Réponse de le 25/03/2020 à 13:44 :
La contre-indication?
Pas assez cher par rapport à un traitement de type tri-thérapie, également en test clinique.
Réponse de le 26/03/2020 à 3:33 :
Les lobbies, vous connaissez ? Jamais ils n'ont ete plus presents depuis que micron le fossoyeur de la France est au pouvoir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :