Christophe Courtin : "La crise démontrera la capacité de Sophia-Antipolis à être résiliente"

 |   |  579  mots
(Crédits : DR)
Il vient de lever 40 M€ afin de financer l'un des projets immobiliers que porte sa foncière, Courtin Real Estate. Investisseur, plutôt visionnaire, le fondateur de Santiane – assurtech depuis revendue – anticipe la capacité de la technopôle à répondre aux besoins qui naissent déjà et naîtront encore de la crise provoquée par le Covid-19. Où il est question de digital renforcé et de flexibilité.

C'est le résultat d'une année de travail. Le résultat d'un certain flair aussi. En finalisant le financement de son projet baptisé Centrium, posé sur 13 500 m2 en plein cœur de Sophia-Antipolis, Christophe Courtin boucle certes une étape importante, mais il envoie aussi un signal, celui d'un investissement capable de se réaliser alors que le contexte économique est celui que l'on sait.

Projet novateur

La dette bancaire est supportée à part égale par deux établissements bancaires, BNP Paribas et Arkea, alors que "pour ce type d'opérations, généralement, le nombre d'intervenants bancaires est plutôt de 3 ou 4", précise Christophe Courtin. Déjà commercialisé à plus de 60 %, l'opération démontre ainsi sa solidité ce qui est une valeur d'assurance pour les investisseurs.

Mais Centrium est un projet innovant dans l'offre qu'il propose. Salle de sport, centre de formation, restaurants bio, conciergerie digitale, emplacements dédiés à la mobilité douce... et un flexoffice, initialement prévu pour occuper 4 500 m2... C'est là que ce situe l'un des aspects novateurs. En proposant un espace où il sera possible de disposer de bureaux tous équipés sans pour cela s'engager pour un bail classique, Courtin Real Estate répond à un besoin qui se faisait déjà sentir - le coworking avait ouvert la voie - et que la crise économique pourrait renforcer, par effet de co-latéralité.

La réindustrialisation, éperon possible et inattendu

D'abord parce que la crise va sans doute grignoter des emplois et que ces mêmes emplois - comme Sophia-Antipolis en a l'habitude - se transformeront en projets et startups et que ce mode de fonctionnement convient parfaitement à un mode nomade. Ensuite parce que la relocalisation de l'industrie, si vivement appelée des vœux des politiques et des acteurs économiques, jouera aussi un rôle. "La réindustrialisation créera des besoins de bâtiments logistiques, lesquels engendrent des besoins en bureaux", estime Christophe Courtin. Le trafic aérien, interrompu, oblige les entreprises actuellement à tenir réunions, rendez-vous et conférences par des moyens dématérialisés. Nul doute que les habitudes prises aujourd'hui perdureront demain. Et donc, les besoins en bureaux accompagneront ce changement.

"Nous allons certainement accentuer le flexoffice. Les 4 500 m2 déjà prévus faisaient de notre offre la plus importante offre de Provence Alpes Côte d'Azur. Clairement, le flexoffice est le fer de lance de Centrium", explique Christophe Courtin.

centrium

De sa vision de spécialiste de l'immobilier tertiaire, il imagine les projets aux prix accessibles être avantagés à l'avenir au détriment des plus grosses opérations, dont celles en blanc. Mais le fait que Centrium est déjà éveillé des propositions de rachat prouve que la pierre reste la pierre. "C'est un valeur refuge", confirme Christophe Courtin. "On sait qu'à 20 ans, cela demeure un investissement positif".

Tout cela confirme aussi l'appétence pour la technopôle n°1 en Europe. Où les filières qui font sa spécificité - intelligence artificielle, véhicule autonome, travel, automotive... - devraient se renforcer dont le digital, assez fortement, prédit Christophe Courtin et, évidemment tout ce qui concerne la santé. "Health, hygiène, nouveaux matériaux... tout cela va se développer fortement. Une nouvelle filière va se créer et émerger à court terme".  Et s'il reconnaît que "personne ne peut prédire ce qu'il va se passer", la crise vécue actuellement, pour le bon comme le moins bon, "constitue un véritable accélérateur".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :