Philippe Veran : "La filière dentaire est une profession oubliée"

 |   |  623  mots
(Crédits : DR)
Créateur de valeur et d'un chiffre d'affaires de 11 milliards d'euros, l'art dentaire est, depuis le mois de mars, totalement à l'arrêt. Ce qui n'est pas sans mettre en danger l'ensemble de la chaîne de valeur. Et alors que le déconfinement pointe le bout de son nez, le PDG du spécialiste de l'implant dentaire Biotech Dental, originaire de Salon-de-Provence, propose un guide de bonnes pratiques, où il est question d'innovations et de solutions adaptées. Histoire de ne pas continuer à maintenir grippé, un secteur déjà malmené.

Depuis le 17 mars, chirurgiens-dentistes, assistantes dentaires, laboratoires de prothèse dentaire et l'industrie dentaire en général ont un point commun : l'absence d'activité, confinement et décision du Conseil de l'ordre des chirurgiens-dentistes de cesser toute activité, obligent.

Une situation inédite qui est un peu l'arbre qui cache la forêt de la vraie problématique : comment éviter que la filière toute entière ne sombre. Car telle est bien l'interrogation.

Et le sujet est d'autant plus prégnant que le déconfinement approche, synonyme de reprise, certes partielle mais reprise tout de même, de l'activité économique.

Un sujet qui ne laisse pas vraiment Philippe Veran indifférent. Le PDG de Biotech Dental, spécialiste de la fabrication...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2020 à 10:40 :
J'ai plus mal pour les personnes qui se coltinent une rage de dents depuis des semaines, que pour les porte-feuilles de chirurgiens dentistes et de leur complices prothésiste.

Le confinement ne change rien pour l'exercice. Ma dentiste a toujours porté masques, gants, blouse et lunettes de protection.

La seule justification à l'arrêt d'activité de cette branche de la médecine c'est encore et toujours l'incapacité par l'état de fournir des masques, en plus d'avoir créé la pénurie par les réquisitions.
a écrit le 21/04/2020 à 10:11 :
"un secteur déjà malmené"

Il faut voir les tarifs pratiqués par l'ensemble des acteurs de la filière, le faible taux de remboursement alors que chaque citoyen devrait avoir les dents en parfait état. Que ce soit du fait de la cupidité des actionnaires milliardaires du secteur ou la profonde bêtise et incompétence de leurs dirigeants politiques, ils sont incapables de comprendre à quel point avoir de bonnes dents permet d'être bien plus productif car en parfaite santé physique et mentale.

Donc moi j'ai une solution simple il faut un plan marshall pour les dents des français, on na vite la relancer la filière, et si comme d'habitude on nous dit que c'est trop cher on va chercher le fric chez ceux qui se sont faits de juteux bénéfices, encore une fois grâce à la complicité étatique, sur la santé des gens.

Ils sont cupides, ils sont bêtes, ils sont cruels, ce sont nos dragons célestes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :