Michaël Sebban : "Les foncières immobilières doivent aussi jouer le rôle d'amortisseur"

 |   |  590  mots
(Crédits : DR)
En annulant les loyers de certains des commerces que gère le Groupe Sebban, originaire d'Aix-en-Provence, son dirigeant insiste sur le rôle primordial qu'endossent les foncières immobilières, maillon fort dans la chaîne de création de valeur. Et le sujet est encore plus vrai dès qu'il s'agit de commerces en centre-ville. Avec, en filigrane, le fameux effet d'entraînement.

La décision a été prise avant même que le confinement ne devienne officiel. Décision "naturelle" pour Michaël Sebban, qui, s'il rend désormais la chose publique, le fait surtout pour tenter de provoquer un effet boule de neige. Comprendre, inciter d'autres foncières à emboîter le pas.

Depuis mi-mars donc, le Groupe Sebban, foncière d'immobilier commercial, a annulé les loyers de 45 enseignes de centre-ville, 80 % d'entre elles étant situés en Provence Alpes Côte d'Azur, notamment à Aix-en-Provence, Marseille ou Toulon.

Le centre-ville, élément de fédération

Un choix qui s'inscrit dans la vision du Groupe. Créée en 2012, la foncière s'est construite briques par briques, jusqu'à devenir une entreprise structurée, présente outre le Sud, également à Bordeaux et Paris, possédant un portefeuille de 70 commerces, une soixantaine détenue seule, une dizaine, en association. Soit au total, 12 000 m2.

Un modèle indépendant qui résulte de la philosophie de Michaël Sebban, désireux de créer une "foncière à taille humaine" et capable de conserver "les valeurs de proximité". Ceci n'étant absolument pas négligeable dès lors que l'on opère majoritairement en centre-ville.

Le centre-ville qui est d'ailleurs - il n'a pas fallu attendre la crise pour cela - un enjeu d'importance pour la cité. "Les communes reprennent en main leur centre-ville. Il a toujours été clé, un élément de fédération", pointe Michaël Sabban. "On n'a jamais remplacé le centre-ville. On a toujours envie d'y aller pour se faire plaisir, pour trouver des choses atypiques".

Effet d'entraînement

C'est donc ce contexte d'imbrication dans l'économie de proximité que le Groupe explique pourquoi les foncières doivent jouer leur rôle d'acteur participant à la création de valeur.

Et de saluer le positionnement de Philippe Journo - le PDG de la Compagnie de Phalsbourg NDLR - qui le premier, a communiqué sur sa décision d'annuler les loyers des commerces. "Cela a ringardisé certains acteurs", s'amuse presque Michaël Sebban, qui se dit "inspiré" par l'homme dans cette démarche.

L'important, c'est bien l'effet d'entraînement produit. C'est même cela l'essentiel, ce qu'il faut retenir. "Le prime, c'est les axes qualitatifs. Tous les grands acteurs du secteur ne représentent pas la majorité. Avec les institutionnels, ils concentrent peut-être 10 % du marché. Les bailleurs de plus petite taille représentent 90...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :