Martine Vassal : "Pour permettre la relance, il faut un tissu économique sauvegardé"

 |   |  725  mots
(Crédits : DR)
La création du fonds territorial et solidaire, complémentaire des dispositifs financiers déjà existants, est l'un des outils qui doit servir la reprise, estime la présidente d'Aix-Marseille Provence, également aux manettes du Département des Bouches-du-Rhône. Et Martine Vassal de militer pour un small business act véritablement concret alors qu'une plateforme d'innovation disponible en juin prochain, aura pour mission de valoriser celle qui est présente sur le territoire.

La Tribune - La Métropole que vous présidez a lancé un dispositif d'aide financière, appelé Fonds territorial et solidaire, doté de 40 M€ et pouvant atteindre 50 M€. Pourquoi créer un nouvel outil ?

Martine Vassal - Parce qu'il est essentiel de soutenir le tissu économique local et de sauvegarder l'emploi. La situation que nous vivons est exceptionnelle, anxiogène, préoccupante. La crise sanitaire devient une crise sociale et économique. Il ne faut pas qu'elle se transforme en crise durable. Le territoire regroupe 150 000 entreprises qui représentent 50 % du PIB de Provence Alpes Côte d'Azur. Il existe, dans les dispositifs proposés, certains trous dans la raquette, puisque, par exemple, ne sont pas concernés les professions libérales, les auto-entrepreneurs. Il s'adresse à toutes les entreprises de moins de 20 salariés dont le siège social est installé dans l'une des 121 communes du département et de la Métropole (sont inclues Pertuis dans le département du Vaucluse et Saint-Zacharie dans le département du Var NDLR) et qui ont subi une perte de 30 % de leur chiffre d'affaires. Pour celles qui ont seulement 6 mois d'activité, l'analyse se fera cas par cas. Il faut accompagner les entreprises les plus vulnérables à conserver leurs emplois. Nous sommes là pour soulager les entreprises. Le fonds territorial et solidaire se cumule au soutien de l'Etat et à celui lancé par la Région Sud. Il est doté de 40 M€, mais grâce à la participation d'autres collectivités, à l'instar de la Ville de Marseille qui apporte 2 M€, nous espérons atteindre 50 M€. Une dizaine de dossiers a été enclenchée en moins de 24 heures. Il faut à la fois un plan d'urgence et un plan de relance pour affronter cette crise. Et pour permettre une relance, il faut un tissu économique sauvegardé.

Le Comité de gouvernance économique métropolitain a également décidé de soutenir la relance par l'investissement. Comment le concrétiser ?

La reprise économique se fera par les collectivités. Le comité de gouvernance économique encourage le Grand Port Maritime mais également l'aéroport Marseille Provence ou Euroméditerranée à poursuivre les investissements prévus et nous les accompagnerons. Il est essentiel que nous développions l'activité locale. Depuis mi-avril nous avons redémarré les travaux du centre-ville de Marseille, effectué ceux nécessaires dans les différents établissements scolaires...

...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :