PGE : on en est où dans le Sud ?

 |   |  657  mots
(Crédits : Antonio Bronic)
C'est un sondage réalisé par l'Ordre des experts-comptables PACA qui en dresse une sorte de premier bilan. Où il apparaît que 70 % des Prêts Garantis par l'Etat demandés ont été accordés, les refus étant de l'ordre de 3 %. Des résultats qui, s'ils montrent que la machine voulue par lle gouvernement s'est mise en place, il demeure encore quelques ajustements à effectuer comme l'explique le président de l'Ordre régional, Lionel Canesi.

Beaucoup de vert, encore trop de jaune et un peu de rouge. Voilà la composition et les couleurs du graphique (autrement appelé camembert) produit par le sondage qu'a réalisé l'Ordre des experts-comptables Provence Alpes Côte d'Azur auprès de la profession dans les six départements de la région.

Une démarche qui sert en quelque sorte de baromètre. Très vite apparu dans le vocabulaire économique dès le début de la crise, le PGE a tout aussi rapidement cristallisé l'attention des entreprises, mis, par effet de ricochet, sous le feu des critiques, lors d'un démarrage un peu poussif.

Pour autant, la photographie donnée par ce sondage est plutôt bonne. Tout au moins encourageante, puisqu'elle montre que le processus est enclenché.

"Ce sondage met en évidence un historique de deux mois", souligne Lionel Canesi. "Et si j'ai pu faire remarquer des débuts laborieux, il évident que désormais les banques ont pris le rythme" dit le président des experts-comptables de Provence Alpes Côte d'Azur, commentant les 70 % de PGE demandés qui ont été accordés mais faisant remarquer aussi que pour les établissements bancaires il s'agissait d'une réforme des mentalités assez brusque.

PGE EC

Combler les trous dans la raquette

Mais il y a un chiffre, en revanche, qui fait bien plus réfléchir Lionel Canesi. C'est celui des 26,17 % de PGE en attente. "J'espère qu'il s'agit de dossiers simplement en retard et pas de dossiers qui seraient mis sur le côté". Ce qui mettraient les entreprises concernées dans une difficulté certaine.

Si le PGE est, chiffres à l'appui, un large succès, pour autant couvre-t-il vraiment toute la typologie d'entreprises. N'est-il pas, d'une certaine façon, élitiste ?

"Les entreprises qui rencontraient les difficultés avant la crise, ne sont pas concernées", rappelle Lionel Canesi. Qui redit aussi que toute entreprise qui a déjà fait une demande de PGE peut en solliciter une seconde ou plus, à condition que le tout se fasse à hauteur de 25 % de son chiffre d'affaires.

Demeure également, une autre problématique, qui sous-tend tout le reste : c'est le remboursement. Car le PGE est un prêt. A rembourser. Il en va de même avec les reports de charges, qui ne sont pas des annulations. Reste le sujet épineux de certains secteurs totalement à l'arrêt et que même la perspective de la reprise économique ne concerne pas. Au rang desquels, le secteur du tourisme. Pour...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2020 à 18:10 :
Regardez le graphique joint.
Le reliquat de 26% qui manquent st les ddes de prêt en attente de décision...
a écrit le 07/05/2020 à 16:52 :
Si les experts-comptables ne savent plus calculer, ce n'est pas étonnant que la France aille si mal. 70 % prêts acceptés 3 % refusés Et les 27 % qui manquent pour faire 100 % où sont-ils passés ? Je suppose qu'il y a une coquille dans le texte du rédacteur et que ce sont non pas 3 % mais 30 % qui ont été refusés. Un 0 qui change tout N'est-ce-pas Laurence ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :