Ce que Pierre Dartout va apporter à Monaco

 |   |  656  mots
(Crédits : DR)
Le départ du préfet de la Région Provence Alpes Côte d'Azur pour diriger le gouvernement monégasque a surpris, mais le profil de celui qui est aussi le préfet des Bouches-du-Rhône s'accorde bien avec la volonté de la Principauté de gérer son développement.

Trois ans ou presque. C'est le temps que Pierre Dartout aura passé dans le Sud. Tout au moins en tant que préfet des Bouches-du-Rhône et préfet de Région. Arrivé à l'automne 2017 en remplacement de Stéphane Bouillon, il sera, dès septembre prochain, pas très loin de Marseille, son camp de base actuel, puisque c'est à Monaco que l'attend son prochain poste.

Choisi pour diriger le gouvernement monégasque, par le Prince Albert II, Pierre Dartout va succéder à Serge Telle. Un Serge Telle que les rumeurs, insistantes, donnaient sur le départ. Considéré comme étant peu un homme de dossiers, ce diplomate, arrivé sur le Rocher le 1er février 2016, ne laissera pas un souvenir indélébile.

Discret, travailleur, homme à poigne mais homme de dialogue, Pierre Dartout bénéficie d'un capital sympathie auprès des entrepreneurs et des acteurs économiques, dont il a été un relais précieux durant la crise sanitaire et maintenant la crise économique.

Des qualités qui ne peuvent que servir la Principauté.

Une Principauté qui se trouve elle aussi confrontée à des enjeux de développement et de croissance. Entourée par la France d'un côté et par l'Italie de l'autre, elle drague chaque jour, 40 000 azuréens qui passent la frontière pour venir exercer leur profession quand 4 200 transalpins réalisent le même chemin depuis la Ligurie. Une attractivité qui est nécessaire pour le pays mais qui pose aussi des contraintes en terme de mobilité notamment. Le télétravail, largement encouragé par le confinement et le Covid-19, entrera-t-il dans les mœurs monégasques, réfractaires à la chose ?

Si l'on parle beaucoup de Monaco pour son extension en mer, ce chantier gigantesque qui fait gagner au pays de 2km2, 6 hectares, les sujets, se situent aussi ailleurs.

La Principauté est un vrai poumon économique pour la région. Son interaction avec le département des Alpes-Maritimes, comme avec la voisine ligure, est essentielle et plus largement en terme d'import - 2Mds pour l'année 2018 (source IMSEE) - comme d'export - 959 M€. L'Italie étant d'ailleurs en tête du classement fournisseurs comme du classement client.

Les liens avec l'Aéroport Nice Côte d'Azur, situé à 30 km de distance, a d'ailleurs même mené le gouvernement monégasque à entrer au capital de la plateforme aéroportuaire lors de sa privatisation, en 2017, à hauteur de 12,5%.

Monaco revendique aussi un positionnement fort en...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2020 à 12:46 :
la aussi il faut stopper le tripotage administratif
ou Monaco est indépendant et il se débrouille seul
ou il est géré comme ce jour par des haut fonctionnaire Français
mais dans ce cas il doit être considéré comme une entreprise et payer des impôts a la france
Réponse de le 18/05/2020 à 15:26 :
Des hauts fonctionnaires francais, dites-vous ? Mais ils ne valent rien, lisez un peu deja du trmps de Romain Gary Ambassadeur aux USA. Ce dernier vaumissait la quai, et a juste titre.
Plus personne ne croit a ces baudruches aux ordres le doigt sur la couture.
La France se croit encore dans les annees 60.
Elle n'est plus grand'chose.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :