La stratégie "exotique" de Cannes et David Lisnard

 |   |  823  mots
Le plan de promotion de la destination Cannes mise tout sur l'expérience locale.
Le plan de promotion de la destination Cannes mise tout sur l'expérience locale. (Crédits : DR)
Destination BtoB par excellence, Cannes entre en phase de résilience. C'est le sens du plan établi par le maire de la Ville qui s'y connaît plutôt bien en stratégie de conquête touristique. Et qui parie entre autres sur la consommation locale, dans tous les sens du terme. Une stratégie de réponse à la crise, certes, mais qui n'est pas si éloignée des habitudes de consommation qui pointaient déjà avant l'épidémie.

500 M€ de pertes enregistrés par la destination. Voilà pour l'impact chiffré. Un chiffre conséquent, rond et qui dit aussi le poids du tourisme dans l'économie du territoire cannois, 25 % du PIB précisément pour le périmètre de l'agglomération Cannes Lérins. Ce qui est plus que pour le département - 15 à 18 % - et pour le territoire national, 7,5 %.

Il faut dire que Cannes, c'est la ville des salons professionnels, des rencontres BtoB bien loin des célèbres paillettes du Festival du Film même si ce rendez-vous mondial est évidemment un fort contributeur à l'image et à la notoriété de la destination. D'ailleurs Cannes est la seconde ville après Paris sur ce segment, un "titre", que "l'on ne nous dispute plus en ce moment", souligne par ailleurs David Lisnard.

Passage à l'offensive

Cannes impactée, touchée - avec un Palais des Festivals à l'arrêt - mais Cannes pas pour autant anéantie. Car depuis deux mois, la Ville prépare déjà le plan d'après. C'est ce plan de relance, appelé plutôt de soutien et de promotion, que David Lisnard a présenté ce matin à la presse. Où il est question d'investissement conséquent : 13,4 M€ au total, 10,1 M€ étant consacrés aux aides économiques, ce qui comprend 2 M€ d'exonérations tandis que le plan de promotion de la destination concentre 3,3 M€ auxquels s'ajoutent 2 M€ pour la Côte d'Azur. A cela s'ajoutent les campagnes de communication en soutien aux commerces, des packages estampillés "tourisme local", des packages hôteliers qui permettent de profiter de 4 nuitées au prix de 3, du loisir original et décalé - comme rejoindre les Îles de Lérins en pirogue polynésienne - des happy hours, de l'événementiel culturel... soit un vaste portefeuille d'offres qui doit permettre de séduire toute catégorie d'âge et toute catégorie de classe sociale.

Un plan qui est ambitieux, offensif, mais qui dispose d'atouts pas forcément visibles au premier regard.

Enjeux de "l'autre" tourisme

D'abord, ce plan bénéficie de l'expérience de David Lisnard en matière de stratégie d'attractivité de la destination. Il ne faut pas oublier que le maire de Cannes a aussi été aux manettes durant onze années de la SEMEC, la société d'économie mixte pour les événements cannois, qui pilote entre autres le Palais des Festivals, et qu'il a une connaissance fine des tenants et des aboutissants, du marché, du potentiel de la destination, de la concurrence, de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :