Emilie Girard, aux origines du MuCEM 3/3

 |   |  939  mots
(Crédits : Mucem / Yves Inchierman)
Conservatrice en chef du patrimoine, commissaire d'exposition ou encore à la tête du Centre de conservation et de ressources, elle est au cœur des activités du musée national qu'elle a rejoint à Marseille quand il n'était qu'un embryon de projet basé à Paris.

Elle est l'une des plus anciennes membres du MuCEM. "J'ai tout de suite voulu rejoindre le projet, c'était en 2006, mon professeur Michel Colardelle était alors directeur et le sujet me passionnait", raconte Emilie Girard, aujourd'hui directrice scientifique du musée. "A l'époque nous espérions une inauguration pour 2009", s'amuse-t-elle. Finalement, le musée des Civilisation de l'Europe et de la Méditerranée, de son vrai nom, sort de terre au bout du vieux port de Marseille en 2013. La cité phocéenne est alors capitale européenne de la culture.

Pour la grande inauguration de ce nouveau lieu appelé à devenir l'un des lieux emblématiques de la ville, Emilie Girard travaille sur la galerie de la Méditerranée. "Sur la partie Jérusalem, en lien avec ma formation", ajoute-t-elle. Plus précisément son "premier amour d'étudiante" à savoir l'archéologie chrétienne et la "ludique" langue copte. Deux disciplines qu'elle aborde au sein de l'école de Louvre qu'elle rejoint "par goût de l'Histoire et de l'art plus qu'avec une idée de carrière en tête".

Travailler pour un musée qui n'existe pas...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :