Agroalimentaire et slow-food, quand le "mangiare bene" s'exporte 3/3

 |   |  1018  mots
(Crédits : Observatoire de la Franchise)
La cuisine italienne résume à elle seule une certaine facette de la dolce-vita vert blanc rouge. Reconnu dans le monde entier pour les produits du terroir qu'elle sait mettre en valeur avec une envergure internationale, le secteur alimentaire italien a tenté aussi d'imprimer une certaine vision avec la slow-food, née dans le Piémont, si près de la Côte d'Azur.

La filière agroalimentaire italienne c'est 3,6 millions d'employés et un chiffre d'affaires généré de 538 milliards d'euros. Dans le monde, la cuisine italienne a atteint une valeur de 229 milliards d'euros, soit environ 10% de la valeur totale de la restauration mondiale. Voilà pour les chiffres qui comptent...

Record d'exportation en 2019

Le secteur agroalimentaire italien continue de plaire tous azimut, poursuivant son expansion sur les marchés internationaux avec un nouveau record d'exportations qui, en 2019, a enregistré une valeur de 44,6 milliards d'euros, en hausse de 5,3% par rapport à 2018.

Le principal marché de destination des produits agroalimentaires italiens est l'Union européenne qui, avec 28,4 milliards d'euros en 2019 (+ 2,6% par rapport à 2018), absorbe environ 64 % des exportations nationales. L'Italie et la France confirmant ainsi leur proximité économique, pas uniquement géographique. L'Hexagone s'octroyant d'ailleurs la seconde place derrière l'Allemagne et avant le Royaume-Uni et les Pays-Bas.

Encore plus dynamiques ont été les exportations vers les pays tiers qui, toujours en 2019, ont augmenté de 12,7% sur une base annuelle, atteignant environ 16,2 milliards d'euros. Les États-Unis avec les 4,6 milliards d'euros (+11,2%) représentent le troisième...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :