L'apprentissage dans l'artisanat, touché mais pas coulé par la Covid-19

 |  | 661 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Malgré les incertitudes liées à la crise sanitaire, les artisans sont prêts à embaucher des apprentis. Des intentions motivées par la reprise de l'activité plus forte que prévue et par les aides du gouvernement pour favoriser ce type d'embauches. Un avantage pour les jeunes puisque la formation, par rapport à la voie scolaire, favorise l'accès à l'emploi.

La formation a été un peu particulière cette année. Avec la Covid-19, les apprentis ont découvert, en plus d'un métier, une situation de crise. Comme pour toute l'économie mondiale, ils ont forcément été impactés. "Les apprentis sont des salariés, donc ils ont le même traitement", explique Catherine Elie directrice des études à l'institut supérieur des métiers (ISM). D'après le baromètre ISM-MAAF, 2250 apprentis, sur les 12 000 de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, ont été touchés par la fermeture administrative de certaines activités. Soit un peu moins de 20%.

"C'est un chiffre minium car il ne concerne que les métiers qui ont été obligés de s'arrêter comme les coiffeurs ou fleuristes, précise Catherine Elie. Le BTP par exemple pouvait continuer son activité or...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :