Jean-Luc Chauvin – CCIAMP : "Le monde économique ne peut pas rester sans rien faire"

 |  | 709 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
Confirmé par le Tribunal Administratif, l'arrêté exigeant la fermeture des bars et restaurants à Aix-en-Provence et Marseille continue de générer l'ire chez les professionnels du secteur, mais aussi chez les autres acteurs économiques qui tel un seul homme ont décidé de frapper plus haut, en déposant recours devant le Conseil d'Etat. Revendiquant le droit à travailler, comme le rappelle le président de la chambre consulaire. Qui craint surtout les conséquences à moyen terme et un "tsunami".

Le monde économique ne décolère pas. Depuis l'annonce faite par Olivier Véran le 27 septembre dernier de l'obligation de fermeture des bars et restaurants implantés dans les villes d'Aix-en-Provence et Marseille pour 15 jours, c'est tout un panel d'émotions qui les a secoué. De la stupeur, à la colère en passant par l'incompréhension. Et ce n'est pas fini.

Confirmé ce 30 septembre par le Tribunal Administratif de Marseille, l'arrêté du gouvernement continue d'être au cœur des actions du monde économique qui a décidé de passer à l'étape supérieure : le Conseil d'Etat. Une nouvelle bataille qui s'annonce serrée, mais explique Jean-Luc Chauvin, "nous poursuivons les voies de recours qui s'offrent à nous car l'impact économique est colossal, le centre-ville de Marseille est vide et bien au-delà des bars et...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2020 à 13:10 :
Le problème de fond reste les capacités d'accueil de l'hôpital en lits et places en réanimation.
Qu'à t on fait depuis le début de l'année pour l'hôpital ? Réduit le nombre de lits.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :