Jacques Léger, le passionné du contentieux

 |  | 951 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Rémi Baldy)
Après une carrière dans les tribunaux administratifs, ce conseiller d'Etat préside le méconnu comité consultatif interrégional de règlement amiable des différends relatifs aux marchés publics à Marseille. Une activité méconnue décrite par l'ancien magistrat décrit comme un "hobby" qui lui permet de favoriser la conciliation plutôt que le droit au sens strict.

"J'ai pris plus de satisfaction sur les dix dernières années que sur les quarante ans de carrière antérieur", sourit Jacques Léger. Ancien président de la cour administrative d'appel de Marseille, il s'est aménagé un petit bureau dans son appartement à quelques pas de son précédent lieu de travail. Depuis 2011, année de sa retraite, ce septuagénaire à l'allure soignée préside le comité consultatif interrégional de règlement amiable des différends relatifs aux marchés publics (CCRA) pour les régions Provence-Alpes-Côte d'Azur, Corse et l'ex-Languedoc Roussillon. "Un comité assez méconnu, j'ai plutôt l'habitude d'être dans l'ombre", reconnaît Jacques Léger. La fonction de président n'y est d'ailleurs pas très rémunératrice, moins de 400 euros mensuels. "C'est un hobby", répond celui qui se définit comme "un passionné du contentieux".

La mission de ce comité est de trouver un terrain d'entente entre une collectivité et une entreprise lors d'un litige. Il s'agit par exemple d'un chantier qui dure plus longtemps que prévu, la société demande alors une indemnisation...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :