Jeanick Brisswalter, un président dans les starting-blocks

 |  | 798 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
Il a fait partie de l’équipe d’universitaires qui en 2016 porte le projet Idex, label d’initiative d’excellence qui positionne l’université Côte d’Azur dans le Top 10 des universités françaises de recherche intensive. Élu à sa présidence en janvier dernier, ce spécialiste en physiologie environnementale, ancien sprinter de haut niveau, s’attèle désormais à faire vivre ce nouvel écosystème dit expérimental.

Pas de temps mort pour Jeanick Brisswalter. Depuis son élection en janvier dernier à la tête d'Université Côte d'Azur (UCA), le tout jeune sexagénaire court "un sprint permanent", sourit-il. Une sorte de retour aux sources pour cet ancien athlète, sprinter de haut niveau et spécialiste en physiologie environnementale dont le sujet de thèse portait sur l'interaction entre l'état physiologique et le fonctionnement cérébral, autrement dit "la capacité à traiter l'information la plus efficace possible quand le corps est dans un état de fatigue très avancé". Une des grandes problématiques des sportifs qu'il a longtemps accompagnés au sein de la mission recherche de la préparation olympique française, de la médecine aérospatiale avec laquelle il a aussi œuvré, et peut-être même, en cette année 2020 où décidément rien ne se passe comme prévu, des présidents d'universités.

La recherche au centre

Jurassien d'origine, Jeanick Brisswalter a rejoint le monde universitaire sur le tard. "On est venu me...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :