Où en est Cannes on Air ?

 |  | 1142 mots
Lecture 6 min.
(Crédits : DR)
Imaginé à l’aube des années 2010, le projet territorial de la Cité des Festivals, qui entend capitaliser sur son image de temple du cinéma pour devenir le pôle d’attraction de l’économie créative et audiovisuelle, se concrétise de plus en plus dans un contexte de crise sanitaire qui conforte la Ville dans la pertinence de développer des filières autres que celles du tourisme et du tourisme d’affaires.

Quand le tourisme prend froid, c'est toute la ville de Cannes qui tousse. Le constat n'est pas nouveau. Des caps difficiles à passer, il y en a eu ces dernières années. Aujourd'hui, c'est la crise de la Covid-19 qui vient défier la capacité de résilience de la Cité des Festivals fortement dépendante de la filière touristique. Laquelle pèse, si l'on prend pour périmètre l'agglomération Cannes-Lérins, un quart du PIB. "A chaque fois, on sent bien la nécessité de diversifier notre économie pour faire en sorte que tout ne repose pas sur le tourisme d'affaires, de loisirs et de luxe", note Thierry Migoule, directeur de cabinet du maire David Lisnard. D'où la volonté de multiplier les pas de côté, que ce soit en direction de l'aérospatiale, du nautisme et, bien sûr, de l'audiovisuel.

C'est en effet tout l'enjeu du projet territorial Cannes on Air : capitaliser sur son image de temple de cinéma pour structurer une filière dédiée à l'économie créative et audiovisuelle en assemblant, maillon après maillon, une chaîne de valeur qui se veut unique en Europe. Un projet caressé de longue date qui, au fil des ans, s'est précisé, affiné, complété pour devenir "une démarche globale" où la diffusion, la formation et la production forment un tout désormais de plus en plus concret.

Former

En atteste d'abord la livraison, en octobre dans le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :