Camille de Guillebon : "Il faut encourager la culture de l'entreprenariat"

 |   |  196  mots
(Crédits : DR – E&Y)
Montrer sur le terrain ce que signifie être entrepreneur, dans toutes ses dimensions – positives et négatives – c'est le postulat de départ de l'opération "1 journée, 1 entrepreneur, 1 étudiant" organisée par E&Y. À Nice et Monaco, comme à Marseille, ce sont 40 binômes qui ont été formés respectivement ces 17 et 19 novembre. Une opération séduction de l'entreprenariat décryptée par l'associé responsable des activités du Pôle Nice Monaco du cabinet d'audit.

Quel est le principe de "1 journée, 1 entrepreneur, 1 étudiant" ?

E&Y crée des binômes, formés d'un entrepreneur et d'un étudiant. Le premier emmène le second dans les différents moments de sa journée, lors de ses rendez-vous, de ses réunions, se confrontant avec lui aux difficultés et problématiques auxquelles il doit faire face.

Quelle conclusion et expérience en retirent les étudiants ?

C'est une expérience brute. Les étudiants font souvent des stages près de l'imprimante plutôt que près de l'entrepreneur. Là, ils sont au plus près de ce qu'est l'entreprenariat. Cela peut aussi conditionner leur choix d'orientation.

Pourquoi E&Y s'engage-t-il dans ce type d'opération ?

E&Y promeut déjà l'entreprenariat au travers du Prix de l'Entrepreneur et du Prix de la start-up que nous organisons chaque année. Il est important pour nous d'encourager la culture de l'entreprenariat et la rencontre entre les chefs d'entreprises et une population particulière : les étudiants. Nous sommes convaincus que notre pays a besoin de s'inspirer de ces entrepreneurs qui innovent quelle que soit la taille de l'entreprise et le secteur d'activité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :