Comment Eazieer a séduit France Billet

 |   |  433  mots
France Billet vient d'acquérir les compétences d'Eazieer, éditeur de logiciel marseillais.
France Billet vient d'acquérir les compétences d'Eazieer, éditeur de logiciel marseillais. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Avec sa solution permettant de récupérer et analyser les données des consommateurs, le jeune éditeur marseillais a convaincu France Billet qui vient de réaliser ainsi sa troisième opération de croissance externe.

Le montant de la transaction n'est pas connu mais la start-up Eazieer vient de passer dans le giron du leader de la billetterie en France et l'opération n'est pas anodine. Il faut dire qu'avec sa solution logicielle permettant de récupérer et analyser le comportement du consommateur, l'éditeur marseillais apporte une brique technologique qui permet à la filiale à 100% de la FNAC "d'accélérer", comme le dit son PDG, Alexandre Viros.

Achat de compétences

"Nous réfléchissions en interne à de nouvelles solutions. Mais nous avions déjà repéré Eazieer, une start-up que l'on suivait de loin, favorablement impressionnés par le management de l'entreprise et par sa dynamique stratégique et commerciale notamment. Il ne faut pas oublier que nous sommes des industriels, nous avons une vision de notre développement, mais il était important d'aller vite, d'adopter des comportements disruptifs. C'était une question de timing, une opportunité qu'il nous fallait saisir", détaille Alexandre Viros.

Créée en 2012 dans la Cité phocéenne par Frédéric Bardin et Philippe Stora, deux ex-Digitick, Eazieer permet de récupérer des données sur les consommateurs, quel que soit le canal utilisé, qu'il soit digital ou physique.

"Nous nous sommes rendus compte qu'aucune solution n'existait permettant une connaissance utile du consommateur. Notre solution permet un aperçu à 360° de ce qu'est une population de fan. Elle permet d'analyser comment cette population interagit avec nos clients", explique Philippe Stora.

Les clients sont le Vélodrome, l'équipe de football de l'AS Monaco, le club de rugby toulonnais du RCT... et plus généralement des acteurs du milieu du sport et du milieu culturel. "Notre but c'est d'aider les entreprises à comprendre leurs consommateurs".

Enrichissement

L'intégration d'Eazieer va permettre à France Billet d'enrichir son panel de solutions logicielles, "de mieux connaître nos clients et d'améliorer le tout qualitativement", précise Alexandre Viros. La start-up marseillaise, elle, reste à... Marseille, au Pôle Média Belle-de-Mai. "Nous intégrons Eazieer mais il faut aussi lui laisser du champ pour qu'elle continue à conserver cette dynamique". France Billet aurait-elle déjà dans les tuyaux une nouvelle acquisition ? "Nous sommes très curieux et très ouverts, nous cherchons à nous rapprocher des start-up. Il ne faut pas oublier que ce sont les rapides qui mangent les lents", constate Alexandre Viros. Le volume d'affaires traitées en 2015 de France Billet s'élève à 500 M€. Eazieer, elle, s'apprête à embaucher. L'équipe de 5 personnes devrait grossir pour être constituée de 12 salariés d'ici les deux prochaines années. Son chiffre d'affaires 2015 se monte à 300.000 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :