Beboats, le comparateur en vogue

 |   |  554  mots
(Crédits : DR)
Comment le premier comparateur mondial pour la location de bateaux, basé à Aix-en-Provence, entend doubler son chiffre d'affaires.

Dix ans maintenant que les comparateurs de services ont pignon sur net. Malgré ce, il existe des niches sur lesquelles il est encore possible de se positionner. La start-up basée à Aix-en-Provence, a ainsi créé la surprise en avril dernier en lançant un nouveau site répondant au même objet, dans un domaine jusqu'ici absolument pas exploité : la location de bateaux, ce à l'échelle mondiale. "Je me suis rendu compte de ce manque alors que je dirigeais Autoescape (site de location de voitures à bas coût NDLR). J'avais voulu moi-même en louer un, et je m'étais heurtée au manque de lisibilité d'une offre pour le moins éparse, voire redondante", explique la fondatrice, Isabelle Duval. Depuis un an, Beboats met en perspective tarif et caractéristiques de chaque bien. Proposant donc aux candidats à la location de faire leur choix entre quelque 35 000 bateaux. Parmi eux, voiliers, bateaux à moteur, yachts prestige et autres catamarans... ceux-ci appartenant à des loueurs professionnels, comme à des particuliers.

Doubler le chiffre d'affaires en 2016

Car Beboats ne dispose pas de flotte en propre. Ce qui pose donc la question du modèle économique, d'autant que le service est gratuit pour le candidat à la location. "Nous ne prenons pas de commissions aux particuliers, qui s'entendent directement avec leurs clients, un peu à l'instar de ce qui se fait sur un site comme Airbnb". Même si elle n'en retire pas de bénéfice sur le plan financier, il semblait important à Isabelle Duval de proposer une offre complète aux consommateurs. Et, par là-même,  de couvrir celle des particuliers : cela permet de constituer une clientèle captive, qui, en fonction de son projet de voyage et du produit requis pour cela, pourra peut-être passer un jour du bateau à moteur acquis pour la journée auprès du particulier, au voilier performance conçu pour une navigation rapide loué au professionnel... Car c'est avec ces derniers que Beboats se rémunère. L'entreprise prend en effet une commission de rapporteur d'affaires sur les transactions réalisées, et leur facture par ailleurs des frais fixes relatifs à l'utilisation de la plateforme. Un modèle économique qui permet à la start-up de totaliser, sur 2015, un chiffre d'affaires de 700.000 €. "Cela représente près de 233 réservations, pour un panier moyen de 3 000€", précise la dirigeante qui ambitionne de doubler son chiffre d'affaires en 2016.

1 M€ de levée de fonds

Les professionnels ont été nombreux à faire confiance à la start-up, lui concédant de suite une vraie reconnaissance.

"Nous avons rencontré toute la chaîne de valeur du nautisme, loueurs, constructeurs... Ils ont rapidement entrevu l'intérêt du service que nous proposons".

Du reste, Beboats n'a eu aucun mal à se constituer un maillage conséquent, au rythme de 100 bateaux et 20 destinations par jour.

"Nous sommes déjà internationaux : le site se décline sur 10 pays, dont récemment les Etats-Unis et le Canada. Dans chacun de ces deux pays, il nous reste à présent à trouver un correspondant sur place".

Ainsi Beboats, primée en décembre dernier "start-up de l'année" au salon nautique de Paris, souhaite poursuivre dans la voie du développement international. Pour ce faire, elle a levé 1M€ dernièrement auprès de Sailing Invest. Prochaine étape, l'Amérique du Sud, où "nous nous déploierons au second semestre 2016".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :