La Confiserie du Roy René s'installe à Miami

 |   |  565  mots
(Crédits : DR)
Pour sa première implantation hors des frontières hexagonales, le spécialiste du calisson, installé à Aix-en-Provence, choisit les Etats-Unis. Avec un projet plutôt bien ficelé.

Elle côtoie Victoria's Secret, Saks, Diptyque ou encore Aqua di Parma. Autant dire des mastodontes en terme de génération de trafic et donc des voisines pas si anodines. Un environnement prometteur pour la toute première boutique et de la Confiserie du Roy René hors des frontières françaises.

Première expérience

Depuis quelques jours il est donc possible de déguster calisson, biscuits, nougats et autres douceurs provençales sous le soleil de Miami. Une première expérience à l'export que la Confiserie a soigneusement préparé, choisissant pour s'implanter au pays de l'Oncle Sam, un nouveau centre commercial, le Brickell City Center, plutôt axé luxe et situé dans le quartier d'affaires de la métropole.

Et l'opportunité de cette implantation, sise sur 50 m2, est venue d'un... Marseillais. Séduit par le concept de boutique que la marque a développé l'an dernier à Aix-en-Provence, qui permet entre autres au consommateur de fabriquer son propre calisson, il y a vu la recette capable de séduire le palais et la curiosité des Américains.

Gamme élargie

Cependant la Confiserie, reprise depuis 2014 par Olivier Baussan, connu pour être notamment le fondateur de l'Occitane, ne reste pas sur ses acquis et a développé, entre autres, des "Calissons d'exception", aux goûts nouveaux comme la clémentine de Corse, la framboise et le thé matcha, la cerise du Lubéron alliée à la rose de Vence. "Nous avons également travaillé avec un glacier afin de proposer une glace à la crème de calisson", détaille Laure Pierrisnard, la directrice générale de l'entreprise qui génère un chiffre d'affaires de 11,3 M€ et emploie 75 salariés. Si le choix de Miami est lié à une opportunité, elle n'en réduit pas moins le potentiel de développement qu'elle offre à la marque aixoise. "Miami est une ville qui monte et c'est pour nous une vitrine sur les Etats-Unis", commente Laure Pierrisnard qui ne cache pas ses velléités de développer la Confiserie en franchise dans des villes telles que Las Vegas, New York ou San Francisco.

Produit à l'année

Car la stratégie de celle qui est arrivée voici deux ans à la direction générale de l'entreprise c'est de faire du calisson, non plus un produit estampillé "13 desserts" et réservé aux fêtes de fin d'année, mais un produit consommable toute l'année. Et cela en développant des goûts nouveaux, mais toujours en s'appuyant sur les saveurs et produits régionaux comme le piment d'Espelette, la figue de Solliès ou comme vu plus haut, la clémentine de Corse et la cerise du Lubéron. De quoi redonner un coup d'accélérateur à la Confiserie, devenue au fil du temps une véritable institution, voyant se succéder trois générations d'entrepreneurs dont Maurice Farine - c'est lui qui cède les rênes à Olivier Baussan en 2014 - qui déjà dans les années 2000 avait développé des parfums originaux, comprenant bien que tradition devait de mâtiner d'innovation. Enfant du pays elle aussi, récompensée par la médaille du Mérite agricole, Laure Pierrisnard a notamment été directrice marketing international Soin puis directrice Innovation filières durables au sein de l'Occitane. L'international et l'innovation, ça la connaît. Deux ingrédients majeurs pour la croissance de la Confiserie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :