Pourquoi la Suède sourit à Lavandière de Provence

 |  | 655 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Proposer des produits qui fleurent bon le Sud dans un packaging luxe : c’est le segment de marché inexploité sur lequel se sont positionnés Jeanette Borgström et Cyril Gombert, fondateurs de la marque de cosmétiques Lavandière de Provence.

C'est une jeune marque de cosmétiques marseillaise qui a tout juste un an. Et son positionnement sort pour le moins de l'ordinaire, notamment par rapport aux concurrentes, plus modestes, du cru. Sa spécificité, elle la doit à la conjugaison de la nationalité de ses deux fondateurs : Jeanette Borgström, sa présidente, est suédoise. Et Cyril Gombert, le directeur, est français, né à Marseille. A eux deux, ils ont conçu Lavandière de Provence, gamme comptant pour l'heure seize produits. Une marque loin de se revendiquer "loco-locale"..."Nous voulions justement sortir de ce cadre en termes d'image et de packaging et avons décidé de ne pas rester replié sur les icones représentatives du Sud de la France : les cigales, la lavande... Notre but était de nous différencier par un design qui parle au monde du luxe. Les consommateurs étrangers associent toujours les marques haut de gamme à Paris", explique Cyril Gombert...

Goût scandinave

Et pour les fondateurs, qui ont d'emblée visé l'export, le challenge était justement de proposer une gamme de cosmétiques ancrée localement en termes de sourcing et de fabrication (tout se fait dans un rayon de 50 km autour de Marseille), mais conditionnée en tenant compte des codes du luxe : un sigle pour logo, des lignes très épurées, et en termes de matériaux, du verre en plus de l'incontournable plastique... Un positionnement insufflé à Jeanette Borgström grâce à son statut d'expatriée suédoise.

"Je me suis rapidement rendu compte qu'il y avait ici de bons produits de belle qualité... mais qu'ils ne correspondaient pas du tout au goût scandinave. En Europe du Nord, nous sommes très sensible au design du flaconnage, nous aimons les produits de luxe, naturels, sans colorants. D'où l'idée de concevoir une marque premium qui tienne compte de ces aspects", précise-t-elle.

Bientôt une gamme hôtelière

Et si les deux fondateurs veulent tant coller aux habitudes de consommation de l'Europe du Nord, c'est bien sûr parce que leur stratégie de développement passe avant tout par l'international. Avant même la conquête du marché français. "Jeanette Borgström est d'abord avocate d'affaires associée. Elle a par ailleurs occupé en Suède le poste de présidente de la Jeune Chambre Economique... Elle y dispose donc d'un réseau conséquent. Il est donc plus simple dans un premier temps de viser le marché scandinave". Mais ce n'est pas le seul argument qui a motivé cette stratégie : "Le PNB de la Suède, de la Norvège, de la Finlande figurent parmi les plus élevés en Europe", développe Cyril Gombert. Ce qui s'appelle aller chercher des marchés sans perdre le Nord...

C'est ainsi qu'après un an d'existence, les deux fondateurs ont déjà fait fructifier leurs contacts et sont d'ores et déjà distribués dans des boutiques de luxe basées à Stockholm. Outre le BtoC, "nous sommes également en cours de négociation avec des 4 et 5 étoiles", avance la présidente. La gamme d'amenities made in Lavandière de Provence est déjà aboutie. La jeune marque de cosmétiques devrait donc faire sa place dans le monde de l'hôtellerie de luxe dès lors que les contrats avec les fournisseurs actuels de ses futurs clients seront caduques, à savoir dans 3 à 6 mois. Outre la Suède, les deux fondateurs ont également eu des contacts prometteurs au Benelux, en Allemagne, mais aussi en Chine et en Corée. Ils viseront à plus long terme la Russie et le Japon. Toutefois en 2017, ils tenteront aussi d'être prophètes en leur pays... "Nous ciblons la France cette année, puisque nous avons dans nos contacts des 4 et 5 étoiles parisiens et marseillais, ainsi que quelques boutiques dans la capitale. Nous allons également chercher d'autres distributeurs, outre Paris et Marseille, à l'échelle nationale", conclut le directeur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :