Pourquoi Fabron Ventures pense Private Equity as a service

 |  | 437 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : DR)
Accompagner les investisseurs depuis le sourcing jusqu'à l'exit c'est l'approche de cette jeune société de conseil basée à Nice et à Paris et qui veut apporter une brique supplémentaire dans le monde du venture capital.

Alors que le financement des startups par les grands groupes français est en plein essor, alors que le private equity se porte comme un charme, Fabron Ventures arrive sur le marché de l'accompagnement avec une offre qui se veut à la fois différente et plus fine.

Parti du constat que les investisseurs avaient besoin d'être guidé durant les différentes phases de l'investissement, en amont avec le sourcing jusqu'à l'aval avec le suivi de participation et jusqu'à la sortie, David Domingues, ex-M Capital, a mûri le concept de Fabron Ventures. Créée en octobre dernier, cette structure d'accompagnement s'appuie sur le désir de l'investisseur de garder le lien avec l'entreprise dans laquelle il apporte sa monnaie sonnante et trébuchante. Une volonté de plus en plus prégnante assure David Domingues, liée "à la sensation de contribuer à l'économie". Un comportement qui tend aussi à prouver que le private equity est bien intégré dans les parcours des entreprises.

Le service, le service, le service

Et si les investisseurs s'y jettent avec un intérêt grandissant, ils exigent aussi de faire le bon choix et de suivre de près l'évolution de l'entreprise. Un intérêt sain et louable, "un besoin que nous avons repéré récemment" dit David Domingues, mais pas toujours facile à combler. C'est sur cet accompagnement de bout en bout qu'intervient Fabron Ventures. "Nous intervenons de A à Z, effectuons l'analyse financière et stratégique, assurons les négociations. Nous participons également au comités et assemblées en lieu et place des investisseurs, effectuons les reportings nécessaires. Notre rôle est d'apporter de la valeur ajoutée".

Le dédié contrôlé, c'est mieux

"Il y a aujourd'hui quatre façons de faire du corporate venture", résume David Domingues. Le dédié indépendante, le mutualisé indépendant, le mutualisé contrôlé et le dédié contrôlé. C'est ce dernier qui est le plus efficace. "Notre objectif est d'apporter de la clarté à l'investisseur - notamment dans les montages financiers et les structurations juridiques - de défendre ses intérêts, tout en faisant en sorte qu'ainsi le chef d'entreprise puisse bénéficier de conditions idéales pour mener la croissance et le développement". Du gagnant-gagnant version private equity.

Pour l'heure le ticket moyen de participation est supérieur à 150 000 euros. Côté modèle économique, Fabron Ventures, qui réunit 3 personnes, se rémunère en pourcentage du montant investi. Si les investissements réalisés sont principalement en France, deux investissements ont été fait aux Etats-Unis et deux en Angleterre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :