Pourquoi KissKissBankBank essaime en PACA

 |  | 442 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : DR)
Être au plus près du tissu entreprenarial régional, mieux accompagner les projets, c'est ce qui fonde l'installation de l'un des leaders européens du financement participatif en Provence Alpes Côte d'Azur. Parce que dématérialisation ne veut pas dire déconnexion du terrain.

S'il y a d'abord eu Auvergne-Rhône-Alpes c'est simplement parce que c'est sur ce territoire que KissKissBank Bank réalise les plus hauts volumes. Une première expérience d'essaimage, lancée comme un test. Apparemment concluant puisque voici KissKissBankBank en PACA.

Prototype à valider

Et si l'acteur du crowdfunding pose ses valises dans le Sud, c'est que cela correspond en tout point à sa stratégie. "Lorsque nous avons ouvert notre premier bureau en région l'an dernier, nous avions 7 ans, l'âge de raison. Nous avons toujours voulu avoir ce lien le plus étroit possible avec les entreprises. Si l'on veut être intégré dans un écosystème il faut être dans le territoire et rencontrer les acteurs économiques et entrepreneurs de visu", fait remarquer Adrien Aumont, l'un des co-fondateurs de la plateforme.

L'installation en Provence Alpes Côte d'Azur "a pour but de valider ce prototype" poursuit Adrien Aumont. Une question de volume d'affaires ? Oui mais pas seulement, c'est aussi "une question d'énergie entreprenariale". Car KissKissBankBank c'est aussi hellomerci, plateforme de prêts solidaires directs entre particuliers pour les projets personnels et professionnels, lancée en 2013 et Lendopolis, initiée en octobre 2014, dédiée aux prêts rémunérés pour les TPE/PME. Or justement, le tissu entreprenarial régional est plutôt constitué de très petites et moyennes entreprises. L'arrivée en Provence Alpes Côte d'Azur c'est aussi booster le développement de Lendopolis.

Démocratisation

Piloté par Fanny Havas, le bureau régional de KissKissBankBank, posé à Marseille, a pour objectif de mener 200 projets dans l'année. Venue du monde de la startup et de l'entreprenariat solidaire, Fanny Havas a prévu de parcourir les six départements qui constituent la région via des interventions, ateliers, conférences, petit-déjeuner - en tout une centaine par an - afin de porter la bonne parole. Une centaine de partenariats ont déjà été tissés avec les incubateurs. "Nos missions principales sont de nouer des liens avec le tissu local et démocratiser le financement participatif". C'est aussi accompagner les candidates à la levée via le crowdfunding en les recevant et en les guidant dans la mise en place de la campagne.

Qui ensuite ?

Evidemment, KissKissBankBank n'entend pas en rester là. "Notre voulons offrir la même qualité de services et d'accompagnement à travers la France. La proximité avec le territoire nous donne une compréhension de celui-ci et de ses problématiques. Nous sommes les seuls à avoir cette volonté", précise Adrien Aumont. "Nos deux installations en région ne sont pas des épiphénomènes. Nous allons continuer à déployer le modèle".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :