Ce que WinMedia va chercher à l'international

 |  | 526 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Grâce à une opération de croissance externe, le spécialiste des services d'automation pour les radios et les télévisions, implanté dans le Var, prend une envergure mondiale plus importante et un poids significatif.

On peut avoir (presque) trente ans et être constamment en quête d'innovation. Implantée à La Seyne, près de Toulon, depuis sa naissance en 1997, l'éditeur de logiciel s'est fait une spécialité en devenant fournisseur de systèmes d'automation clés en main pour la radio et la télévision. C'est d'abord vers la première que s'oriente la PME créée par Stéphane Tésorière. En 2005, la demande d'un client désireux de s'orienter vers la seconde, va bouleverser à la fois l'organisation et le futur de l'entreprise varoise.

Développement en interne

"Rien n'existait alors pour la télévision comme ce que nous faisions pour la radio. Nous avons travaillé en interne sur une version radio et une version télé. Sauf que nous nous sommes alors rendus compte qu'il fallait doubler les équipes. Nous avons donc repris la réflexion et la R&D pour mettre au point un produit qui soit la fusion de ces deux versions afin de n'avoir qu'un seul logiciel capable de répondre aux deux secteurs", explique Stéphane Tésorière. Il faudra cinq ans de recherche et développement pour obtenir le résultat escompté. Un effort de R&D - 9 années au total - qui est payant car différenciant : "c'est un véritable avantage concurrentiel" reconnaît le président du groupe varois.

Dimension internationale

Déjà présent à l'international depuis le début des années 2000, notamment en Afrique, en Asie (avec une filiale à Singapour) et au Moyen-Orient, WinMedia est passé à l'export presque par hasard. "Lors d'un salon professionnel à Paris, deux acheteurs - l'un d'origine québécoise et l'autre africaine - ont acquis notre solution. Sauf qu'ils n'avaient pas envisagé qu'il fallait l'installer. Nous nous en sommes chargés. Il y a eu un effet boule de neige et un bouche-à-oreille très puissant", raconte Stéphane Tésorière.

Acquisition stratégique

L'acquisition récente du canadien OMT vient donc renforcer l'attitude export.

Et présente un intérêt, celui de permettre le rapprochement avec le marché américain, un marché qui n'a pas toujours regardé la PME française avec bienveillance bien qu'elle possède une filiale à Montréal. Cette opération de croissance externe a notamment été financée grâce à une levée de fonds de 1,5 M€ conclue auprès d'ACG Management, le fonds d'investissement basé à Marseille. Dans le viseur également de WinMedia, le Brésil, la Russie et le renforcement de l'Asie.

Il y a aussi dans la feuille de route de WinMedia la volonté de faire évoluer le business modèle vers le mode SaaS.

Changement de taille

Des perspectives de développement accentuées qui s'accompagnent de recrutements. Avec 22 employés avant l'acquisition d'OMT, WinMedia dispose désormais d'un effectif de 32 personnes qui devrait atteindre 45 salariés après phase d'embauche. "Nous recrutons notamment des vendeurs supplémentaires pour sécuriser les marchés de l'Afrique et de l'Amérique Latine", précise Stéphane Tésorière. Le chiffre d'affaires, de 5 M€ avant acquisition, atteindra 7 M€ cette année avec un objectif à 10 M€ en 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :