Pourquoi TechnicoFlor voit plus grand

 |  | 651 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Avec une nouvelle unité de production de plus de 3 000 m2, le groupe spécialisé dans la création de compositions parfumées et basé à Allauch va pouvoir doubler sa capacité de production et accompagner sa croissance.

Le groupe provençal, spécialisé dans la création de compositions parfumées, d'extraits végétaux, de matières premières aromatiques et d'arômes alimentaires a décidé de réviser ses ambitions à la hausse. TechnicoFlor va en effet investir près de 10 M€ dans un nouveau centre de production à Allauch, dans les Bouches-du-Rhône. Soit à terme une surface totale de 3 000 à 3 500 m2 et des équipements rimant avec innovation qui devraient lui permettre de doubler sa capacité de production en 2018, année de mise en service de ce nouveau centre. Et donc de passer de 900 tonnes de compositions par an à 1700 tonnes...

Croissance externes dans le viseur

La construction débutera fin 2017 et comprendra deux bâtiments industriels, l'un pour les parfums, l'autre pour les matières premières. "Nous avions besoin d'une nouvelle unité de production pour faire face à notre croissance et accompagner notre développement. Notre futur centre et ses équipements de dernière génération est conçu pour optimiser le délai de livraison à nos clients", explique François-Patrick Sabater, le président du groupe. Une croissance qui se poursuit d'année en année au rythme de + 15 %, avec un chiffre d'affaires 2016 de près de 50 M€. Il faut dire notamment que le site actuel arrivait presque à saturation... Or, l'ambition de TechnicoFlor est aussi de se développer via des opérations de croissance externe : "nous prévoyons de racheter des petites structures et de rapatrier la production sur notre site. Il nous faut donc de quoi les accueillir", détaille Patrice Rouan, directeur général de l'entreprise. Les négociations en vue de l'acquisition d'une entreprise spécialisée dans les arômes alimentaires, un domaine d'activité que le groupe souhaiterait développer - sont d'ailleurs en cours. L'opération devrait être finalisée ce mois de mai... "Nous portons également notre regard du côté des structures spécialisées dans la fabrication de parfums, notamment vers Grasse. Nous y connaissons quelques PME familiales où le problème de la succession se posera dans quelques années. Certaines d'entre elles pourraient nous intéresser..."

Quels marchés ?

C'est principalement pour se positionner de façon plus offensive sur le marché français que cette nouvelle unité de production verra le jour en 2018. Car il y a encore beaucoup à faire dans l'Hexagone, selon Patrice Rouan. L'idée étant de séduire de nouveaux majors, notamment issus du segment de marché du luxe et présents à l'international, "ce qui permet d'ajouter du prestige à notre image", analyse le DG. Mais pas seulement... Car Technicoflor a su également développer une expertise qui vibre au diapason de la RSE : parmi les 50 000 références de sa parfumothèque, créées à partir d'une base de près de 1 000 matières premières, plus de 20 % d'entre elles sont naturelles, voire même issues du commerce équitable. L'entreprise provençale travaille donc aussi pour des marques estampillées d'un écolabel.

Mais pour conforter sa présence à l'international, celle qui a conquis déjà une soixantaine de pays au Moyen-Orient, en Asie, en Europe de l'Ouest et en Europe Centrale (et réalise près de 70 % de chiffre d'affaires hors des frontières) mise plutôt sur une autre stratégie : "être présent sur les plus gros marchés étrangers avec des relais de production sur les principaux continents nous permettant de servir localement nos clients internationaux. Nous prévoyons dans les dix prochaines années de créer des filiales de production au Brésil pour couvrir l'Amérique Latine et en Inde, probablement le plus gros marché potentiel à venir pour les parfums", explique Patrice Rouan. Sachant que pour l'heure, le groupe dispose déjà de plusieurs centres de création à Allauch, Levallois-Perret, Miami, Jakarta et Shanghaï, au sein desquels œuvrent 8 parfumeurs. Sans oublier l'acquisition de Florescence Chine en 2015 et l'ouverture de ses bureaux à Dubaï, Singapour et Bangkok...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :