Noreve habille les mobiles, mais pas que…

 |   |  674  mots
(Crédits : DR)
La marque née à Saint-Tropez se rêve référence de luxe dans son domaine, l’habillage haut de gamme d’appareils mobile. Mais elle mise aussi sur la diversification.

Un investissement de 150 000€ et un changement de site plus tard, le résultat est là. L'équipe de Noreve, menée par Michael Massat, constate une reprise flamboyante de l'activité on line depuis près de deux mois. "Nous avions perdu tout notre référencement suite à ce changement, il a fallu retravailler les algorithmes, mais aujourd'hui tout fonctionne très bien. Cela n'enlève rien au fait que la marque a toujours été forte". D'autant que l'entreprise tropézienne mise depuis deux ans sur un travail de diversification, donnant naissance à un véritable concept store on line.

Online aussi

Outre les protections cuir pour mobiles et tablettes (housses coques, étuis), on y trouve maintenant aussi prêt-à-porter, ceintures, petite maroquinerie, bijoux, carrés de soie, mallettes... et ce n'est qu'un début. Les accessoires typés plage sont à venir, à l'instar des paréos... "Nous travaillons aussi les cabas et les sacs à dos urbain. Notre ambition est d'être la marque du cadeau chic tropézien, un nom du luxe dans son domaine, à l'instar d'un Montblanc ou d'un Hermès,  la référence dans le domaine de l'habillage haut de gamme d'appareils mobiles", avance Michaël Massat.

Pour l'heure, c'est le site marchand qui draine le plus gros de l'activité, le cœur de métier restant la vente en ligne, avec près de 5 000 étuis achetés par mois (et 200 commandes quotidiennes, toutes pièces comprises). 50 % des transactions sont françaises, 25 % européennes et 25 % pour le reste du monde. La marque Noreve est aussi promue par 450 revendeurs en France et à l'international, même s'il s'agit principalement d'acteurs du on line et non pas physiques. "Nous ne nous positionnons plus sur la distribution dans des enseignes spécialisées, comme cela a été le cas par le passé, on ne travaille désormais qu'en direct pour supprimer des intermédiaires et préserver les marges".

Boutiques en France et à l'étranger

Toutefois, l'objectif en ligne de mire pour 2018, n'est plus virtuel : c'est  l'ouverture d'une boutique à St Tropez. Deux sites seraient dans le viseur... et les tractations en cours. Ce premier pas dans le "monde réel" devrait être suivi d'autres, puisque l'objectif est d'ouvrir trois autres concept store, cette fois-ci à l'étranger. D'ici trois à quatre ans, ils sortiraient de terre à Dubaï, New York (ou éventuellement en Floride, ce n'est pas encore acté) et Singapour.

Enfin, Noreve, c'est également une partie BtoB, soit près de 70 % de l'activité. Et ce sont souvent de gros projets signés avec des clients plutôt prestigieux : Porsche, les Palaces de la Côte d'Azur, Orange, Byblos, Nespresso, Ruinart, Airbus Helicopters... "Nous pouvons habiller toutes sortes d'objets, comme par exemple des extincteurs, ce que l'on a déjà fait. Nos designers sont très capables et puis, nous avons une variété de cuirs inégalable avec près de 180 modèles (essentiellement made in Europe, NDLR), 90 doublures intérieures, près de 2 000 modèles, ce qui permet une grande flexibilité. Nous savons développer un produit de A à Z en 3 jours seulement, et nous avons zéro quantité minimum"... Un positionnement qui permet de coller rapidement à toutes demandes, même les plus fantasques.

Faire plus

Si le stockage des matières premières et le design se font in situ, le plus gros de la production est toujours réalisé au Vietnam, excepté pour les trois gammes premium de la marque. "Il s'agit donc là de made in France, qui représente 10 % de l'activité. Nous cultivons toujours la volonté d'avoir notre propre atelier tropézien, mais il faut concilier cela avec l'objectif d'ouverture de notre boutique, et donc définir quelle est la priorité". Et au vu des prévisions 2018, on comprend vite où elle se situe : "en termes de chiffre d'affaires, nous avons réalisé 1,5 M€ en 2017, nous visons 2M€ l'année prochaine, éventuellement 2,5 M€ si le projet de concept store se reéalise". Les prévisions en termes de volume de production sont sur la pente ascendante : 110 000 pièces en 2018, contre 70 000 cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :