Pourquoi Fédérial séduit les banques

 |   |  562  mots
(Crédits : La Tribune Infographie / SSAULNIER)
Les partenariats signés avec deux établissements bancaires régionaux braquent les projecteurs sur ce spécialiste de l'épargne salariale et de l'actionnariat salarié basé à Marseille. Mais l'actionnariat salarié, c'est quoi. Pour qui et comment ?

La Société Marseillaise de Crédit après le Crédit du Nord. Même si les deux établissements font partie de la même famille, c'est en terme de communication et de visibilité, un sacré doublé pour Fédérial.

L'entreprise s'est spécialisée depuis 2004 dans l'épargne salariale et l'actionnariat salarié. Créée par deux spécialistes du genre, Géraud de Pompignan et Cyril Magnan, Fédérial a un positionnement qui lui fait s'adresser aux TPE PME. Un créneau pour lequel aucune offre n'existe. L'idée est d'apporter à ces structures qui ne sont pas des grands groupes, des solutions qui sont, sans difficulté, déployées dans les entreprises de grande taille mais bien plus complexes à mettre en œuvre quand la taille est plus modeste.

Et ça, c'est même la philosophie maison : apporter les outils, la connaissance, la mise en pratique aux petites et moyennes entreprises aussi bien que dans les grands groupes.

"Les TPE PME sont rarement dotées d'un servie RH", souligne Géraud de Pompignan.

Quel intérêt ?

Or l'actionnariat salarié, c'est stratégique. C'est une façon de rapprocher l'entreprise et le salarié, "c'est une façon de lui redonner un peu de ce qu'il contribue à apporter à l'entreprise, c'est aussi l'associer aux performances de l'entreprise, également de valoriser leurs métiers et de se distinguer par rapport à la concurrence".

Et dans une très petite ou moyenne entreprise, associer le salarié est un gage de performance, de conservation des compétences surtout. C'est aussi une façon de gérer des transmissions de sociétés via le PEE (Plan Epargne Entreprise) et on sait combien le sujet est une réelle problématique pour les années à venir, nombre d'entreprises n'ayant pas forcément de successeur désigné et combien le passage de témoin à des salariés peut sauver des savoir-faire menacés de ne plus être représentés ou perdus.

Accompagnement

Disant bien ne pas être société de gestion, Fédérial s'appuie donc sur des prestataires d'épargne salariale. "Nous accompagnons l'entreprise dans toutes les étapes de la mécanique du financement de l'opération au suivi du dispositif, nous identifions l'ensemble des mouvements et tenons le registre des valeurs mobilières", détaille Géraud de Pompignan.

Le taux d'équipement actuel des TPE PME est de 4 % et parmi les entreprises non-équipées, 4 % d'entre elles y songent sérieusement. Ce qui doublerait le marché.

"Le souhait des entreprises, petites et moyennes, est de se doter d'outils qui existent déjà dans les grandes entreprises", précise Géraud de Pompignan. Et argument qui pèse malgré tout, "l'association au capital ressort comme un critère de choix de l'entreprise où postuler".

L'un des freins principaux ? Que les entreprises ignorent l'actionnariat salarié. Ou qu'elles se montrent récalcitrantes.

Le partenariat signé avec le Crédit du Nord et la Société Marseillaise de Crédit relève néanmoins du fameux gagnant-gagnant : pour Fédérial - qui intervient sur l'ensemble du territoire national - c'est un accord tout sauf anodin. Mais pour les établissements bancaires c'est aussi une façon d'apporter aux dirigeants de leur portefeuille client ou prospects une solution complémentaire d'accompagnement de la croissance. Et quand on sait que la "guerre des talents" se joue à tous les niveaux...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :