L’opération diversification d’Unabella

 |   |  574  mots
(Crédits : DR)
La marque de lingerie née à Marseille est la pionnière du textile sculptant. Du développement de matières innovantes elle a fait le fer de lance de son développement, avec la volonté cette année de viser les Etats-Unis, après avoir conquis l’Europe.

Avec près de 5 000 pièces vendues l'an dernier, Unabella a su rencontrer son public. Et la meilleure preuve, c'est que la jeune société entame 2018 avec de nouveaux projets plein la tête... la marque de lingerie sculptante, conçue à Marseille par Laurence Dupin, compte miser dorénavant sur plus d'un levier de croissance, et le premier, c'est la diversification de l'offre.

Etape crowdfunding et commercialisation

"Nous avons complété la collection avec une ligne de prêt-à-porter. Pour se faire, nous avons déposé un nouveau brevet portant sur l'assemblage de notre matière sculptante, nommée Unashape, et du vêtement proprement dit. Nous avons reçu l'appui de la bourse French Tech, reste à présent à embrayer sur la commercialisation, d'ici quelques mois", annonce la dirigeante. Ce qui passera dès avril par une campagne de crowdfunding sur la plateforme Kickstarter, considérée comme le caviar des plateformes, vue sa dimension internationale. Un système de prévente portant sur trois pièces de prêt-à-porter, donc, pour toucher le marché qu'Unabella vise en 2018, autrement dit les Etats-Unis. Pour l'heure, le premier palier à l'export a été franchi haut la main, puisque "nous comptons à présent 60 points de vente dans toute l'Europe, France y compris. Il s'agit de boutiques ciblant plutôt un public haut de gamme, basées pour l'heure, outre l'Hexagone, en Suisse, en Allemagne, en Angleterre et en Belgique, ainsi que sur l'île de la Réunion. Nous aimerions toucher cette année l'Italie et l'Espagne". Mais la marque de Laurence Dupin est aussi présente sur le web, puisqu'elle est distribuée, outre son propre site marchand, sur cinq autres e-shops.

Un nouveau studio de création

La diversification amorcée ne s'arrête pas là, puisqu'une ligne de maillots sculptants sera également commercialisée pour la saison printemps-été. "L'idée, c'est de multiplier le nombre de collections, nous avons d'ores et déjà lancé la réflexion sur le développement de pièces encore plus haut de gamme, comprenant du cuir strech lavable". Il faut dire que c'est l'ADN d'Unabella : rester à la pointe en termes de matières et textiles innovants. Et pour garder une longueur d'avance, il faut pousser toujours plus loin les recherches. Mais pour la R&D, il faut du cash... Qu'à cela ne tienne, Laurence Dupin et son équipe se trouvent actuellement en campagne de levée de fonds, avec l'objectif de réunir la somme de 1M€. De quoi financer cette politique d'innovation, donc, mais aussi mettre du fioul dans le moteur de la commercialisation à l'international. "Nous allons également investir au mois de mars un studio de création de 200 m2 afin de réaliser à Marseille tout le travail de prototypage, qui se faisait jusqu'à présent au Maroc. Cela exigeait des allées et venues de l'équipe, notamment de la modéliste lors des essayages... Ce sera désormais plus simple". La fabrication restera quant à elle de l'autre côté de la Méditerranée, tandis que tout le travail de conception sera dorénavant made in France. "Nous aménagerons également dans ce grand studio toute une partie showroom". Le nombre de collaborateurs va de fait s'accroître, pour passer de six à neuf fin 2018, avec le recrutement notamment d'un ou d'une responsable export. Ces divers leviers de croissance devraient permettre d'atteindre un chiffre d'affaires de 800 000€ à la fin d'année et 8M€ d'ici 2022.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :