Pourquoi Hopps Group s'affirme dans l'offre de proximité

 |   |  793  mots
(Crédits : DR)
En multipliant les acquisitions, le groupe basé à Aix-en-Provence se positionne fermement sur des marchés prometteurs mais différenciants. Un choix assumé qui structure surtout sa stratégie.

C'est la dernière acquisition et elle a été officialisée ce 8 février : désormais Dispeo, spécialiste de la distribution et de la communication de proximité est passé dans le giron de Hopps Group. Un rachat loin d'être anodin pour le groupe français puisque qu'il crée en même temps une filière dédiée à la logistique, baptisée Log'Hopps. Et qu'en parallèle une négociation exclusive est en cours avec le n°2 français. "Si nous réussissons nous devenons le leader français de la livraison e-commerce en France", souligne Frédéric Pons, l'un des co-présidents.

Un développement fulgurant pour le groupe né il y a tout juste un an, réunissant sur les fonts baptismaux outre Frédéric Pons, Eric Paumier et Guillaume Salabert. Trois entrepreneurs aux profils différents - quand le premier vient du monde de l'agro-alimentaire, le second est plutôt issu de la finance et du marketing direct et le troisième du monde des médias et de la finance. Un trio complémentaire mais à la vision commune. Celle qu'ils déroulent donc depuis douze mois.

Multiplication pour addition

Si les acquisitions se sont multipliées au cours de l'année 2017, donnant peut-être l'impression d'une dispersion, tout relève au contraire de la stratégie. Car Hopps est structuré autour de trois filiales, rassemblant les activités par famille.

Avec Adrexo, Colis Privé, et Cibléo, Distri'Hopps constitue l'entité dédiée au courrier. "2018 est notre année de lancement sur le sujet, nous avons beaucoup d'espoir sur le sujet", dit Frédéric Pons. L'idée est de s'appuyer sur les routeurs, des prescripteurs qui seront rémunérés pour cela, et qui sont une façon pour l'entreprise française de se positionner par rapport à la concurrence.

"Le marché du courrier est en déclin, mais c'est un marché qui reste néanmoins important".

En revanche, "le marché du colis livré à domicile est en forte croissance" souligne le co-président. Avec Colis Privé, le choix est de se consacrer sur le segment du particulier. Avec dans l'escarcelle, la volonté claire et revendiquée de démocratiser la livraison en J+1, c'est-à-dire de la proposer au même prix que le J+2.

Pour cela, le maillage se fait via des livreurs indépendants et les salariés d'Adrexo.

Log'Hopps constitue donc la deuxième étage de la fusée, avec là aussi, un positionnement clair et assumé, celui de "faire l'inverse d'Amazon, c'est-à-dire de partir du dernier kilomètre pour remonter sur la chaîne logistique". Mais ce choix s'explique par la notion de service à apporter au client - en l'occurrence l'e-commerçant - qui dispose ainsi d'un seul interlocuteur.

Diversifier

Et puis, il y a Start'Hopps, une troisième dimension tournée vers le bien-être, le sport et la mode. C'est dans ce cadre que s'inscrit Pataugas, la marque de chaussures française, ancienne propriété de Vivarte, au "fort potentiel" dit Frédéric Pons, un achat "coup de cœur" finalisé en mai 2017, et qui présente un axe de diversification essentiel. Il y a aussi WATTS, la marque de doudounes née en Provence, "l'Oxbow de l'avenir", s'enthousiasme Frédéric Pons. Start'Hopps est également distributeur exclusif de marques comme Esprit ou Gioseppo. Des discussions sont en cours concernant d'autres produits. Ajouté à cela, LinkSense a vocation à développer des licences de marques pour de la maroquinerie et bijoux. C'est déjà le cas avec Sinéquanone, Chantal Thomass et Vicomte Arthur. Quant à DLG, c'est vers les cosmétiques qu'elle est tournée, distribuée via la vente à domicile, et déjà présente dans 40 pays.

L'emploi aussi

Si le groupe a lancé une application dernièrement, consacrée au temps partiel et baptisée Job Hopps, c'est avec son Summer Stadium Job Hopps que le groupe veut également contribuer à apporter une autre pierre à l'édifice de l'emploi en mêlant forum de recrutement le matin et soirée festive avec DJ connus à partir de la fin d'après-midi, un même jour - le 30 juin prochain - et en un seul lieu, le Stade Vélodrome. Un concept original qui compte "contribuer à créer une nouvelle relation entre l'employeur et le collaborateur ou entre l'employeur et sa nouvelle recrue, embauchée le matin même durant le forum", indique Frédéric Pons. Un projet qui ne déplaît à celui qui s'est déjà engagé dans le tissu local via le Medef 84, l'Upe13 ou le Top20. Hopps Group, qui prévoit un chiffre d'affaires de 600 M€ pour l'exercice en cours contre 450 M€ en 2017 et vise 1 Mds€ dans 3 ans, emploie 22 000 collaborateurs dont 97 % en CDI.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :