Les ambitions de Picadeli France dans la foodtech

 |   |  511  mots
(Crédits : DR)
Avec son concept de bar à salade connecté installé dans les magasins alimentaires de proximité et en supermarchés, l'entreprise basée à Marseille veut à la fois répondre à une demande consommateur et densifier le maillage hexagonal.

Ne pas avoir à choisir entre qualité des produits et temps court consacré au déjeuner, telle est la philosophie de ce bar à salade connecté. L'idée paraît assez simple : un meuble modulable, 60 références de produits frais, une salade à composer soi-même, des QR code pour renseigner l'opérateur sur les DLC des produits et pour le consommateur la possibilité grâce à des étiquettes électroniques d'en connaître le contenu.

Ce concept, né il y a dix ans en Suède a plutôt reçu un accueil favorable dans cette partie de l'Europe, jusqu'à comptabiliser aujourd'hui 1 500 bars déployés dans trois pays, la Suède, le Danemark et la Finlande.

Smart salades

Un concept qui rencontre la volonté de David Bicheron, venu du secteur des fruits et légumes et du snaking et de ses associés de proposer une offre de restauration sur le pouce de qualité. "Nous avons perçu le potentiel que ce bar à salade connecté proposait et avons décidé de le développer en France".

Lancée fin avril 2017 dans l'Hexagone, Picadeli France déploiera son centième bar la semaine prochaine. Un développement assez rapide, partout en France, et notamment en région parisienne, qui renforce le DG France dans sa stratégie de déploiement.

Car David Bicheron croit dans la capacité du bar connecté à prendre des parts de marché sur une niche foodtech ou la différenciation vient forcément de la technologie. Appuyé sur de nombreux brevets, ce bar intelligent bénéficie d'une R&D constante, affirme le directeur général France, rappelant que le snacking affiche une progression à 2 chiffres depuis ces dernières années et qu'il devrait rapidement représenter 1Mds€ de chiffre d'affaires.

Pour l'heure, les produits proviennent pour partie de fournisseurs travaillant déjà avec le groupe suédois et transitent via un entrepôt basé près de la région lyonnaise. Mais un partenariat plus local lie aussi Picadeli France avec un fournisseur originaire des Bouches-du-Rhône. "Nous travaillons à élargir notre socle de fournisseurs français", précise cependant David Bicheron.

Cibler la GMS

Si le côté connecté et intelligent du bar apporte un plus face aux autres concepts de saladeries en libre-service, c'est bien davantage les lieux d'implantation qui positionnent Picadeli sur un autre segment. Car le concept a été pensé pour être installé dans les surfaces alimentaires de proximité et les supermarchés. Une façon d'apporter une réponse certes au consommateur mais d'être aussi un relais de ventes additionnelles pour les établissements. "Nous entrons sur le marché, il faut créer de nouvelles habitudes", rappelle David Bicheron, persuadé qu'il sera possible à terme d'élargir la base de surfaces concernées. Les objectifs sont cependant assez ambitieux puisqu'en dix mois, Picadeli France compte doubler son maillage et comptabiliser 200 implantations d'ici la fin de l'année. Des recrutements devraient accompagner la croissance envisagée et porter l'équipe de 12 personnes actuellement à 20 d'ici décembre prochain. Picadeli France ne communique pas sur son chiffre d'affaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :