Pourquoi Electric Aircraft Concept a conçu le multirotor

 |   |  686  mots
(Crédits : DR)
L’entreprise basée à Caromb dans le Vaucluse se consacre à la production et à la distribution d’un appareil alternatif à l’hélicoptère, plus simple à piloter et à entretenir : le multirotor. Patience toutefois pour le voir voler, la phase finale de prototypage est en cours...

On le nomme multirotor et c'est ce qui le différencie de l'hélicoptère, ce dernier constitué seulement de deux rotors : le principal et celui situé sur la queue de l'appareil. Des caractéristiques techniques qui en font un engin easy to use... Avec sa conception, c'était justement le but que voulait atteindre Yves Pearcy, désireux de toucher de nouvelles cibles. "Cela fait 20 ans que je distribue en BtoC une marque d'hélicoptère classique via mon entreprise Héli Diffusion. Au fil des années, j'ai souvent eu des clients qui, financièrement, auraient eu la capacité d'acquérir ce type de machine, mais se laissaient rebuter par l'aspect maintenance. Ces personnes-là ne franchissaient donc pas le pas de l'achat du fait de la complexité de l'entretien. Autre souci, notre école dédiée à apprendre à nos clients le pilotage de ces hélicoptères nous a permis un autre constat : les personnes plus âgées avaient du mal à aller jusqu'au bout du cursus. Il faut savoir que l'hélicoptère est agréable à piloter, mais très pointu..." C'est justement ce double rotor qui est lié à cette complexité : pour les diriger, il faut jouer entre les trois commandes de l'appareil, soit la commande de pas cyclique et la commande de pas général, ces deux dédiées au rotor principal, et le palonnier, relatif au rotor de queue. "Or, dès que l'on actionne une commande, il faut systématiquement rectifier les deux autres... Le multirotor  se pilote quant à lui avec un seul joystick, un manche que l'on incline dans la direction dans laquelle on doit se diriger. C'est ensuite l'électronique qui gère..." L'engin conçu par Yves Pearcy et son équipe - soit 8 collaborateurs à pied d'œuvre sur ce qui a été nommé le projet Whisper - intègre en effet un système électrique à même d'impacter moins négativement l'environnement : moins de perturbations sonores, moins de pollution... "Et cela ne demande plus de maintenance. Il s'agit d'une technologie brushless, garantie 10 000 heures".

Deux machines déjà vendues

C'est sous l'égide d'une nouvelle entreprise, Electric Aircraft Concept, fondée pour porter le projet Whisper, que le multirotor sera commercialisé. L'idée quant à elle, a commencé à germer en 2012, l'équipe amouçant le travail sur ce projet un an plus tard. "Actuellement, nous sommes en train de mettre au point un prototype technique. Fin mars ou début avril, nous serons en capacité de diffuser une vidéo du produit. Avant l'été, nous devrions réaliser les premiers vols". Autre challenge auquel se livre actuellement l'équipe d'EAC, faire "maigrir" l'appareil et le faire passer sous la barre des 540 kgs, constituant la norme ULM, ce qui permettra de distribuer le multirotor dans cette catégorie. Bref, encore deux ans de travaux, et pour soutenir ces derniers, Yves Pearcy est en cours de levée de fonds. "La phase finale de ce prototypage se terminera fin 2019, nous pourrions ainsi amorcer la production début 2020. Sachant que nous avons déjà enregistré des bons de commandes pour deux machines". Livraison de ces deux premiers multirotors sans doute au premier semestre 2020.

Envol international

La cible, quant à elle, reste la même que pour Héli Diffusion : des clients privés aimant le vol et passionnés d'aéronautique. Toutefois, Yves Pearcy compte aussi investir ultérieurement le BtoB. Pour ce faire, il faudra faire certifier la machine via des normes mondiales, ce que l'entreprise réalisera notamment avec le concours d'un partenaire, la britannique Meggitt. Ces certifications auront un autre avantage : elles permettront de s'ouvrir les portes du marché à l'international. Ce qui s'appelle faire d'une pierre deux coups... "Ce sera l'Europe dans un premier temps, puis l'Asie, l'Amérique du Nord, sur lesquels nous disposons de bons contacts et de facilités", la stratégie étant de passer par des distributeurs partenaires. Sur le sol national en revanche, EAC distribuerait elle-même ses multirotors. "Et côté business plan, nous visons la production de 10 appareils dès l'année 3 (donc 2020), puis de doubler cette capacité en années 4 et 5".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :