Quand Casino parie sur le bio… et les PME locales

 |   |  501  mots
(Crédits : DR)
En organisant un Foodtruck Tour en région, le géant de la grande distribution veut surtout promouvoir en proximité son offre bio en vrac. Une initiative menée en PACA avec l'entreprise Juste Bio basée à Carpentras et qui s'inscrit évidemment dans une stratégie bien plus large comme l'explique David Collas, Directeur de l’alimentaire Hypermarchés et Supermarchés.

La Tribune - Quel est l'intérêt d'organiser une tournée FoodTruck ?

David Collas - Nous travaillons depuis longtemps sur l'offre bio. Il existe une vraie tendance sur le bio en vrac et nous devons déployer notre offre spécifique rapidement. En six mois, celle-ci est présente dans 20 hyper-marchés, 50 supermarchés et 200 magasins de proximité. En PACA, la tournée FoodTruck s'est faite avec l'entreprise Juste Bio avec laquelle nous collaborons depuis longtemps.

Quelle est de manière globale la stratégie de Casino sur le bio ? Comment, avec qui ?

En 2017, nous avons assisté à une vraie lame de fond. Globalement nous avons multiplié par deux l'offre bio en super et hyper. Il existe une vraie demande consommateur. Casino Bio fête cette année ses 20 ans. Nous avons toujours eu de l'avance sur nos concurrents. En 2018, toutes les grandes marques arrivent avec une offre bio. Nous développons le bio sur tous les axes. Nous parions sur le local. Nous disposons de 8 entrepôts en France pour sourcer les producteurs bio que nous référençons ensuite en magasin. Sur des aliments en boucherie comme le bœuf, le porc, l'agneau, il faut arriver à sécuriser nos approvisionnements. Nous voulons structurer les activités de certaines coopératives. Nous sommes en train de signer avec certaines filières aussi.

Quelle est la part du bio dans l'ensemble des produits Casino ? Quelle part du chiffre d'affaires ?

Le bio représente 7 % de notre chiffre d'affaires (37,8 Mds€ en 2017 NDLR). Nous continuons à être sur une croissance à deux chiffres.

L'enseigne "Un tour au jardin" a t-elle vocation à se développer ailleurs sur le territoire hexagonal ?

"Un tour au jardin" est une initiative prise par la branche de proximité. Deux magasins ont été ouverts à Lyon, un troisième, du côté de Paris. Sans doute une ou deux autres ouvertures seront actées. Mais aujourd'hui ce sont des laboratoires. Si c'est concluant, alors oui nous déploierons.

Le bio est-il compatible avec un approvisionnement aussi vaste que celui d'un groupe comme Casino ?

Oui c'est d'ailleurs pour cela que nous disposons de plateformes partout sur le territoire. Et notre approvisionnement est local. C'est compatible mais avec des efforts de sourcing.

Des projets sont-ils prévus à court et moyen terme ? Comment la stratégie va-t-elle évoluer ?

Nous allons bien sûr continuer à nous développer sur le segment bio, les consommateurs demandent à manger bio. L'offre comprend des corners bio spécifiques avec des produits frais et secs. La marque Casino va multiplier par deux son offre cette année, passant de 200 à 400 références. En MDD nous allons continuer à référencer des marques spécialistes bio. Nous allons également végétaliser notre offre. En hypermarché, nous avons un test en cous à Valence qui comprend 2 000 m2 de produits bio. Nous avons poussé le curseur loin, même dans la présentation. Si ce test est concluant nous le dupliquerons aux autres magasins. Depuis un an nous enrichissons notre offre au fur et à mesure.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/06/2018 à 8:53 :
Oui c'est une voie qui semble franchement vertueuse pour la grande distribution, multiplier les produits bios et locaux, par contre du coup cela impose aussi des normes publiques vérifiant ces labels étant donné que l'on sait parfaitement que l'on ne peut pas se fier aux normes privées qui valident le bio venant de pays étrangers dans lesquels la législation est moins draconienne qu'en France.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :