Neotys confirme son attrait pour l’international

 |   |  503  mots
(Crédits : DR)
L’éditeur de logiciel basé à Gémenos réalise les trois quarts de son chiffre d’affaires à l’international. Une tendance qui devrait se confirmer avec l’ouverture d’une filiale en Inde et une arrivée au Japon.

C'est une orientation prise dès les débuts de Neotys. L'éditeur du logiciel Neoload pour tester les performances des applications web et mobiles a eu comme premier client en 2005 une société américaine, le distributeur d'électricité AES Corporation. "Nous avons progressé étape par étape, avec un agent commercial puis l'ouverture d'une filiale en 2009", explique Stéphane Jammet, le directeur général de la PME de 70 salariés. Le dirigeant a rejoint l'aventure dès 2006, grâce notamment à son profil commercial et son expérience aux... Etats-Unis. "C'est le marché le plus avancé et le plus compétitif sur notre secteur, il est incontournable", estime-t-il.

La seule levée de fonds réalisée par l'entreprise, en 2014 pour un montant de 3 millions d'euros auprès d'Ardian et Bpifrance, l'a d'ailleurs été pour développer l'aspect commercial et marketing à l'étranger. Aujourd'hui, Neotys réalise 75% de son chiffre d'affaires à l'international avec une présence dans 70 pays grâce notamment à ses partenaires de services qui lui permettent d'accéder à certains marchés. C'est par ce biais que l'entreprise a fait ses premiers pas en Inde, où elle a ouvert une filiale en début d'année.

Evolution technologique

"Nous voulons continuer à nous développer à l'international", assure Stéphane Jammet. La prochaine étape est le pays du Soleil-Levant. "Le Japon est le second marché mondial des technologies de l'information, comme il s'agit d'un pays avec un marché fermé nous avons signé un partenariat de distribution avec Tech Matrix", explique-t-il. L'objectif est d'atteindre un chiffre d'affaires de 20 millions d'euros d'ici trois ans, soit presque le double par rapport à aujourd'hui.

Neotys vise des grands groupes, mais doit faire face à une concurrence forte face à des géants comme IBM ou Microsoft. "Nous misons sur l'innovation technologique, notre logiciel a évolué pour s'adapter au marché, nous étions un outil et nous devenons une plateforme, aujourd'hui nous testons les composants qui sont les briques d'une application", détaille Stéphane Jammet.

Un œil sur la France

La PME fait évoluer son logiciel tous les trois mois pour être le plus efficace possible. Si un test complet dure environ une semaine, il existe aussi des simulations plus régulières et rapides, mais moins poussée, afin de répondre aux nouvelles donnes d'un marché mouvant. "Nous essayons aussi d'avoir une forte proximité avec nos clients, c'est l'avantage d'être une entreprise à taille humaine", souligne le dirigeant.

La formule marche puisque parmi les 600 clients, on trouve des poids lourds comme Cisco ou Verizon, mais aussi des grandes entreprises françaises comme Orange ou le Crédit Agricole. L'Hexagone n'est pas totalement laissé de côté par Neotys. "Nous avons ouvert un bureau parisien il y a un peu plus de deux ans, c'est un marché avec beaucoup de potentiel", juge Stéphane Jammet. Pour autant, aucune accélération n'est prévue sur le territoire, "Nous sommes satisfaits de notre activité, nous nous occupons déjà de la moitié des sociétés du CAC 40", conclut le dirigeant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :