Où en est Connect, le fonds spécial capital-transmission ?

 |   |  632  mots
(Crédits : © Dado Ruvic / Reuters)
Basé à Marseille, le fonds d'investissement s'est positionné sur le créneau de la reprise d'entreprise. Une façon aussi d'accompagner le développement des PME de Provence Alpes Côte d'Azur surtout quand il est question de ne pas perdre des savoir-faire.

Si Connect était une entreprise, on pourrait la classer parmi celles qui ont opté pour le positionnement de niche. Mais Connect est un fonds d'investissement, à visée régionale. Plutôt discret, ce qui a sans doute beaucoup à voir justement avec sa volonté d'intervenir dans les sujets de capital transmission.

Granulométrie précise

Discret mais pas moins constant dans ces accompagnements, Connect s'est d'abord appuyé sur un premier véhicule d'investissement - FCPI Connect Capital doté de 29 M€ - puis d'un second - Connect Invest, fort de 22 M€ et actif depuis 2014.

Si dernièrement c'est auprès du spécialiste de la moustiquaire sur-mesure, Mariton, basé dans les Bouches-du-Rhône, que le fonds d'investissement régional est intervenu pour assurer la transmission familiale à la tête de l'entreprise, il y a avait déjà eu auparavant le groupe NAP ou l'imprimerie Caractères.

Des profils d'entreprises qui correspondent exactement à l'ADN de Connect qui revendique une "granulométrie qui est ni TPE ni artisanat" comme le souligne Franck Paoli, son co-fondateur, mais plutôt "la grosse PME qui génère entre 20 et 50 M€ de chiffre d'affaires". Des petites et moyennes entreprises où il y a "mélange de questions financières et managériales" poursuit Franck Paoli. Des dossiers que Connect est tout à fait à même de partager avec "d'autres fonds de la place", histoire de diviser le ticket d'entrée par exemple.

Pendules à l'heure

Ceci posé, comment se porte le capital-investissement ? "Le contexte économique de notre chapelle n'évolue pas nécessairement comme nous le souhaitons". Il faut dire que sur le territoire Sud (comme ailleurs), on parle beaucoup amorçage, incubation... Et Franck Paoli de taper du poing sur la table, se désolant de se sentir parfois le "parent pauvre" de l'investissement. Comprendre que l'on évoque plus facilement la nouvelle économie et que l'on en oublierait presque l'ancienne économie. "On ne peut pas laisser tomber l'ancienne économie" au contraire, nouvelle et ancienne sont à "faire cohabiter". Même si en effet, "nous avons parfois l'impression de ne pas être un sujet à la mode, nous sommes contents d'être dans un métier pas toujours facile", poursuit le co-fondateur du fonds régional, pointant que "les sciences humaines ne sont pas des sciences exactes", estimant même que Connect répond à un vrai besoin du territoire et que si "nous n'étions pas là, les sièges sociaux quitteraient ce territoire".

Plus édulcoré, Damien Garau "n'oppose pas les deux économies, l'une doit aller dans l'autre. La nouvelle économie doit infuser".

Plus un gros mot

Souvent plébiscité justement par les entreprises issues de la nouvelle économie, le fonds d'investissement dans sa globalité a-t-il changé son image ? "Nous avons toujours droit aux mêmes questions : celle de la délocalisation et celle des licenciements", dit mi-agacé, mi-amusé Franck Paoli. "Il reste encore une forte démarche d'évangélisation à mener. Mais désormais le mot fonds n'est plus un gros mot".

Et de trois

Après FCPI Connect Capital, "l'éprouvette", Connect Invest, "qui a permis de préindustrialiser", bientôt verra le jour la troisième mouture du fonds Connect, qui "sera un fonds de place dans le paysage local avec des partenariats élargis à tous les acteurs qui voudraient s'associer au projet". Le but étant de "consolider la niche que nous occupons", dit Franck Paoli. Ce troisième véhicule devrait être doté de 30 à 50 M€ sur une durée plus longue et pour des tickets supérieurs à ceux de Connect Invest qui évoluent entre 1,5 à 2,5 M€.

Occupant le territoire régional, Connect est pour l'instant surtout intervenu sur le périmètre des Bouches-du-Rhône, mais entend bien étendre aussi son expertise du côté des Alpes-Maritimes et de Nice, même si pour l'heure "nous n'y avons pas de dossier".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :