Pourquoi UFO Groupe diversifie son activité

 |   |  483  mots
(Crédits : DR)
Après les ailerons de planche à voile où les fixations de kitesurf, la PME installée dans le Var se lance dans les casques de moto. Un nouveau produit, fruit de trois ans de recherche et développement, qui doit permettre à l’entreprise de conception de matériaux composites de doubler son chiffre d’affaires d’ici cinq ans.

Lorsque Xavier Pillet parle de son entreprise, l'innovation n'est jamais très loin. "C'est un métier qui nécessite beaucoup d'astuce et d'ingéniosité", explique celui qui a cofondé UFO Groupe en 1987 avant de devenir seul propriétaire en 2005. L'entreprise de conception de matériaux composites se lance dans une nouvelle gamme de produits avec des casques de moto haut de gamme, fruit de trois ans de recherche et développement.

La particularité réside notamment dans l'utilisation d'une coque extérieure plus épaisse pour absorber les chocs et d'une structure sandwich nid-d'abeilles alliant kevlar et carbone. Le tout donne une pièce plus petite et plus aérodynamique que ce qui se fait habituellement. "Ce qui est difficile, c'est la mise en oeuvre et la fabrication en série", précise Xavier Pillet.

Côté finance, le projet a nécessité un investissement d'un peu moins de 400 000 euros, appuyé par le plan régional pour l'innovation, et mobilisé les deux personnes de la branche R&D auxquelles s'ajoutent trois salariés issus du laboratoire d'essais. "Un élément clef", souligne le dirigeant varois.

De fournisseur à distributeur

Les prototypes commerciaux sont prévus pour le premier trimestre 2019, UFO Groupe s'occupera de leur commercialisation sous la marque Naca. Une activité qu'elle réalise depuis 2013 via la société Master Distribution acquise à la suite d'un contrat de licence signé pour les casques d'équitation GPA .

Un pari gagnant puisque cela a permis de développer le chiffre d'affaires d'UFO Groupe pour atteindre 4,9 millions d'euros en 2017 (dont 1,4M€ via Master Distribution). D'ici cinq ans, Xavier Pillet vise le barre de 10M€ avec le recrutement d'une quinzaine de personnes et l'année 2019 promet d'être charnière pour atteindre cet objectif.

D'abord avec un déménagement sur la zone de Signes avec la construction de nouveaux ateliers de 1 800 m2, contre 1 200 m2 actuellement. De quoi donner un peu plus d'air et d'espace aux 25 salariés et lignes de production déjà existantes pour les ailerons de planches à voile ou mâts de foil dédiés au kite surf...

Bateaux et casques de vélo à venir

Et surtout de quoi offrir de la place à de nouvelles activités, comme la conception de bateaux. "Le secteur du nautisme n'allait pas très bien donc nous avions arrêté cette activité, mais cela va mieux et nous avons déjà deux commandes qui vont être livrées l'année prochaine", commente Xavier Pillet. Des discussions pour reprendre la réalisation d'ailes de drones sous-marins sont également en cours.

Le contrat avec GPA va s'étendre à d'autres sports, notamment pour les casques de vélo électriques. "Nous avons déjà un modèle dérivé de celui pour l'équitation, mais cela ne nous satisfait pas. Quelques brevets sont d'ores et déjà déposé", assure le dirigeant, les yeux déjà rivés sur ses prochaines innovations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :