Un an après, quel bilan pour l'OM Fondation ?

 |   |  557  mots
(Crédits : OM)
La fondation lancée fin 2017 par l’Olympique de Marseille poursuit ses initiatives dans la citée phocéenne et ses alentours. A terme, l’objectif est d’élargir la zone d’action, mais les moyens pour y parvenir restent flous.

A l'abri des projecteurs braqués sur l'équipe première, l'Olympique de Marseille s'est lancée sur un autre terrain, celui du mécénat, avec la création d'une Fondation en octobre 2017 sous l'impulsion du nouvel actionnaire, Franck McCourt. L'organisme doit permettre au club d'accentuer sa contribution sociale au sein de son territoire.

"L'année a été plutôt riche, notamment avec le programme de volontariat, lancé en décembre, qui a été très dense et très riche à porter avec l'objectif de le faire vivre au quotidien", explique Lucie Venet, directrice de l'OM Fondation.

Des actions sur quatre thématiques

Près de 95 collaborateurs de l'Olympique de Marseille, sur les 130 salariés du club, profitent d'un programme leur permettant de consacrer jusqu'à deux journées de travail pour une action de bénévolat de leur choix. "Cela représente aujourd'hui l'équivalent de 500 heures sur le terrain", chiffre Lucie Venet.

Les actions de la Fondation s'axent sur quatre thématiques : soutenir l'éducation, favoriser l'entrepreneuriat, développer la pratique sportive chez les jeunes et promouvoir l'art contemporain. L'OM Fondation a notamment organisé un concours de start-up ou distribué plus 1 800 fournitures scolaires à L'école au présent, qui scolarise des enfants issus des bidonvilles. Un don a également été fait pour soutenir les sinistrés des immeubles qui se sont effondrés à Marseille. "Nous ne sommes pas sur une notion de quantité, mais d'efficacité et d'impact", prévient Lucie Venet.

La structure est également derrière l'"OM Next Génération", qui vise à soutenir les clubs de foot amateurs de Marseille financière mais aussi avec des échanges de compétences. Ce projet s'inscrit également dans l'ambition du club d'améliorer son centre de formation.

Elargir la zone d'action

La deuxième année débute en collaboration avec le Frac et notamment la possibilité pour les abonnées au stade et les membres du programme de fidélisation OM Nation de profiter d'un accès gratuit au musée marseillais. "L'objectif est d'être perçu comme un vecteur d'ouverture culturelle", commente Lucie Venet. Parmi les autres projets en cours, un partenariat avec l'Ecole de la Deuxième chance est en cours discussion, les deux institutions avaient déjà réalisé un événement en juin. Enfin, le président de l'OM, Jacques-Henri Eyraud, est le parrain de l'opération "Je monte ma boîte à Marseille, moi aussi", visant à favoriser les entrepreneurs des quartiers populaires.

Pour l'instant, les actions se concentrent sur Marseille et ses environs. "Nous voulions agir pour la communauté qui nous entoure directement et il y a énormément de besoins, explique Lucie Venet. Mais nous allons élargir notre zone géographique". Y compris hors de France puisque la Fondation accompagnera l'OM dans son développement international.

Reste à y mettre les moyens. Si le club a "contribué à la création de la fondation", aucun chiffre sur son apport financier n'est communiqué. Seule certitude, les près de 370 000 euros récoltés lors d'un dîner de gala en avril sont reversés à la Fondation. Côté ressources humaines, Lucie Venet est la seule salariée en charge de la structure et peut s'appuyer sur... deux stagiaires. Jacques-Henri Eyraud disait pour l'équipe première vouloir "faire mieux chaque année", à voir si cela s'applique aussi pour la Fondation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :