Pourquoi Arnaud Montebourg rejoint Biotech Dental

 |   |  608  mots
(Crédits : STEPHANE MAHE)
L'arrivée de l'ancien ministre de l'Economie au board de l'ETI basée à Salon de Provence est forcément stratégique pour le fabricant de matériel médical dédié aux chirurgiens dentistes. En ligne de mire, une internationalisation poussée, notamment sur de nouveaux marchés.

Après le miel et les amandes, (re)voici Arnaud Montebourg du côté de l'industrie. Et l'arrivée de l'ancien ministre en charge du redressement productif au board du groupe Biotech Dental n'est évidemment pas sans intérêt pour l'entreprise fondée par Philippe Veran.

C'est justement l'expertise de l'ancien ministre qui fait l'intérêt de sa collaboration avec l'ETI provençale. "Nous partageons avec Arnaud Montebourg beaucoup de points communs, notamment sur la ré-industrialisation et l'image de l'entreprise à l'étranger", note le fondateur du groupe basé à Salon-de-Provence. Mais c'est surtout la connaissance à l'export de celui qui est connu pour porter haut les couleurs du Made in France qui va accompagner le plan de développement de Biotech Dental, par ailleurs labellisé Origine France Garantie.

Né en 1987, le groupe s'est positionné sur le secteur de l'implantologie dentaire avec une vision qui lui a permis d'être en avance sur le marché : celle d'offrir aux dentistes une solution globale qui permet d'apporter plus de compétences et de faciliter l'accès aux soins, et cela grâce au numérique. "Notre ADN c'est une dentisterie de qualité au vrai prix", dit Philippe Veran. C'est par exemple de l'investissement consenti en R&D qu'est né Lucy, logiciel de modélisation 3D bourré d'intelligence artificielle, opérationnel depuis le printemps dernier.

"Notre vision a été de miser sur l'omnipratique. Aujourd'hui tous les acteurs tendent vers cela. Le patient doit pouvoir avoir toute la panoplie de solutions chez son dentiste. Ce qui est précis et très complexe restant dans les mains des spécialistes".

Nouveau site industriel

Sur l'international donc, Philippe Veran affirme ses ambitions. Déjà présent dans 40 pays, disposant de 8 filiales - en Italie, au Portugal, au Maroc, en Belgique, en Allemagne, au Vietnam et deux en Espagne - Biotech Dental compte faire grimper le nombre de ses dernières, les pays couverts par des distributeurs devenant de nouvelles adresses. Dans le viseur, figurent aussi et surtout les Etats-Unis, la Chine et l'Inde, des marchés aux enjeux importants qui seront probablement adressés via des joint-ventures ou des acquisitions importantes.

Avec un chiffre d'affaires à fin 2018 atteignant 60 M€ et une croissance de 30 % enregistrée sur le marché français, l'ETI doit aussi pousser les murs de son site de production. C'est donc un site tout neuf qui est programmé pour être opérationnel au 1er janvier 2020. Les travaux, qui démarrent, devraient durer une année et bénéficieront d'un investissement de 10 M€.

Montebourg promoteur de l'industrie

De son côté, Arnaud Montebourg, contacté par La Tribune, ne cache pas son enthousiasme à apporter son aide et "sa connaissance des pays, du monde", à une "entreprise qui reste modeste à la taille du monde mais qui est forte à l'échelle de la France et qu'il faut faire croître et embellir. C'est mieux que de pantoufler dans les grands groupes", saluant en Philippe Veran, "un patriote de l'économie". Ajoutant aussi que "c'est une mission d'intérêt national que de soutenir Biotech Dental. On parle souvent des ETI qui n'arrivent pas à grandir. Il faut investir en utilisant le drapeau français". Car évidemment le Made in France "a le vent en poupe en France et à l'étranger". Et le père des 34 plans de la Nouvelle France industrielle, tout frais président de l'association France-Algérie, de rappeler toute l'opportunité que représente l'industrie du futur et que même si la France est en retard en matière de robotique, elle regorge de pépites. Dont Biotech Dental. Qui est par ailleurs labellisée French Fab. La boucle est donc bouclée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2018 à 13:02 :
il y va parce que la soupe est bonne!
il a largement contribue a demolir le peu d'industrie que la france avait encore avec ses insultes, ses lois florange penibilite dailymotion, et tout le reste, fiscalite retroactive comprise.........
on va etre honnete, s'il a ete choisi, c'est qu'il faut certainement des appuis politiques pour decrocher des subventions publiques....
autrement il faut publier les reunions qu'ont eu chris viehbacher ( de sanofi), avec un de ses sbires qui passait son temps a le traiter de tous les noms ( on voit ce que ca a donne sur l'industrie pharma)
a écrit le 18/11/2018 à 6:30 :
On va pas parler de lui à chaque fois qu'il change de job ! après le miel pour les caries, les prothèses dentaires pour réparer les quenottes et ce sera ensuite le pancreas artificiel à cause des excès de sucre et ensuite Roblot en finale

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :