Comment IN Groupe apporte son savoir-faire à la civic tech

 |   |  681  mots
(Crédits : DR)
Spécialiste de l'identité et des services numériques sécurisés, le groupe veut renforcer la position de leader qu'il revendique en investissant fortement dans la technologie notamment. Un effort auquel contribue SPS, sa filiale, basée au Rousset.

C'est à Cannes cette fin novembre que IN Group est venu (dé)montrer de quoi il était capable. Pour le fidèle participant de l'ex-salon Cartes, désormais dénommé Trustech et qui est dédié à la sécurisation numérique, c'est un rendez-vous récurrent dans l'agenda. Mais aussi, donc, l'excellent moyen de mettre en avant les savoir-faire de l'ex-Imprimerie Nationale.

"Nous trouvons à Trustech la dimension hardware et la dimension software et cela correspond finalement assez bien au positionnement de notre groupe", explique son président, Didier Trutt.

Technologie unique

Et c'est bien son appétence pour l'innovation que revendique IN Groupe, dans un marché qui est toujours en demande. Et auquel la carte bancaire duale - contact et sans contact - participe, entraînée par des perspectives fortes, sachant que 50 % des cartes bancaires en circulation dans le monde seront équipées de cette technologie en 2019 et que 15 % de croissance est attendu. Une accélération "drivée par Visa et MasterCard", indique Didier Trutt.

Soucieuse donc de demeurer en position de leader, la société s'appuie entre autres sur sa filiale SPS, installée à Rousset, dans les Bouches-du-Rhône, filiale qui a notamment mis au point une technologie unique qui couple de façon électromagnétique le micromodule et l'antenne, s'abstenant de l'habituel "contact" physique entre les deux. Une technologie disruptive qui se veut une solution fiable et durable.

Dans le même temps, IN Groupe a anticipé le comportement haussier du secteur. "Nous avons déjà qualifié nos produits, nous sommes donc prêts au moment où le marché décolle", se réjouit son PDG, saluant les capacités de "notre supply-chain, agile, à réagir aux à-coups (des demandes). Nous avons su industrialiser la technologie et la fabriquer en grande série", souligne Didier Trutt, la capacité du site provençal s'élevant à 400 millions de micro-modules par an. Surtout, au-delà des capacités techniques et logistique c'est la capacité de la technologie qui y est développée qui permet à IN Groupe d'adresser à la fois le secteur bancaire mais aussi le secteur identitaire.

Pour accompagner l'évolution attendue de la production, le site de SPS à Rousset va être agrandi et va ajouter aux 3 000 m2 actuels, 5 000 m2 supplémentaires. Les travaux, en cours, seront finalisés en avril prochain. De même, le nombre de salariés devrait passer de 165 personnes actuellement à près de 200 personnes.

Innovation perpétuelle

De cet effort en innovation, IN Groupe en tire un intérêt plus vif de la part de ses clients, majoritairement des encarteurs. "Nous notons l'intérêt de nouveaux clients qui font appel à nos technologies, mais aussi un intérêt plus fort de la part de nos clients traditionnels".

Mais tout innovation exige évidemment des investissements en R&D. Et Didier Trutt de saluer l'appui apporté par le Crédit Impôt Recherche. "Notre technologie est en constante évolution. Le défi de la carte sans contact réside dans le risque de l'activation à distance. L'une des technologies développée consiste à devoir faire une pression sur la carte", explique le PDG d'IN Groupe.

Merci l'Europe ?

Une autre innovation technologique devrait contribuer à distinguer encore plus le groupe français. En l'occurrence le projet de règlement européen qui vise à imposer aux pays européen que la carte nationale d'identité soit en polycarbonate, un matériau bien plus "confiant" et infalsifiable, l'objectif de l'Europe étant d'oublier définitivement le papier. "Le polycarbonate présente une maturité du niveau de confiance", explique Didier Trutt, qui précise que l'entreprise qu'il dirige dispose, dans ce contexte, "d'une capacité de production forte".

Au sein de IN Groupe, la division composante représente 25 % du chiffre d'affaires. L'un des objectifs est qu'elle atteigne le 1/3 de celui-ci d'ici 4 ans. IN Groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 283,2 M€ en 2017 et emploie 1 000 collaborateurs. "Nos trois piliers sont le service, l'identitaire - nous avons la capacité à accompagner les Etats - et la technologie où nous apportons de la différenciation en sécurité et un usage. Ces trois piliers, c'est notre équilibre".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :