Ce concept que Lunettes pour Tous teste à Nice

 |   |  597  mots
(Crédits : DR)
En s'implantant dans la capitale azuréenne, l'enseigne low-cost d'optique créée par Paul Morlet et Xavier Niel, utilise son nouvel espace comme laboratoire d'expérimentation. Parce que la différenciation, c'est par le service que ça passe.

Quand certains ont créé leur entreprise dans un garage, d'autres l'ont imaginée dans leur chambre d'étudiant. C'est un peu l'aventure de Paul Morlet, qui pour engranger quelques revenus, imagine une lunette peu coûteuse en terme de fabrication mais rigolote dans la forme. L'idée donnera naissance quelques années plus tard au concept de Lunettes pour Tous. Car entre temps, de rencontres en opportunités, Paul Morlet croise la route de Xavier Niel. Et l'idée du jeune entrepreneur d'une paire de lunettes pas chère ne va pas laisser le patron de Free indifférent très longtemps. C'est donc ensemble que le duo fonde Lunettes pour Tous en 2014.

Le parti pris est simple et révolutionnaire à la fois : donner accès plus rapidement à une consultation avec un professionnel - sans rendez-vous - quand une étude récente du Ministère de la Santé indique un délai de 80 jours en moyenne pour avoir à faire à un ophtalmologiste, argument repris par la jeune entreprise. Et surtout moins cher, puisque Lunettes pour Tous indique diviser par 7 le prix des lunettes, comparativement à un opticien traditionnel.

Tout en mieux

Des arguments deux-en-un qui sont rendus possible par le volume que traite Lunettes pour Tous qui dispose d'un stock de 25 000 verres à la vue - originaires d'Europe de l'Est - et dont la force réside dans le laboratoire optique intégré, par ailleurs équipé de machines conçues exprès. En moyenne, ce sont près de 100 clients qui sont équipés quotidiennement.

Mais qui dit low-cost ne veut pas dire faible qualité et sur ce point précis, Paul Morlet insiste. "Pour faire du volume, il faut de la qualité et des technologies qui vont vite. De même, impossible de mal payer les employés d'une enseigne low-cost. Dans le low-cost, si l'on veut durer, il faut tout, en mieux".

Le choix des montures est un autre des points forts de la stratégie de la PME qui dispose de 600 montures différentes et qui, pour créer de l'attractivité permanente, présente deux nouveaux modèles tous les vendredis.

Test grandeur nature

A Nice, au sein des 270 m2 qui seront installés dès cette mi-janvier en plein centre-ville, un espace dédié au progressif va permettre aux clients concernés de prendre davantage leur temps, tout en bénéficiant des mêmes services et prix que Lunettes pour Tous. Un test qui rendra son verdict et pourra rendre l'idée duplicable.

La PME recrute principalement des optométristes et des vendeurs. A Nice, 35 CDI ont été créés. Déjà présente à Bordeaux, Toulouse, Nantes, Lille, Montpellier ou encore Marseille et bien sûr Paris, Lunettes pour Tous va encore essaimer, notamment dans la Capitale où six nouvelles boutiques vont voir le jour, dont à Créteil, au centre commercial Parly 2 ou à La Défense. En région, Rouen, Strasbourg et Bordeaux - "on duplique", explique Paul Morlet - sont programmées pour les prochains mois. Assez logiquement, l'export fait partie des sujets "que l'on regarde". Pour Paul Morlet, son concept à de beaux jours devant lui. "Le prix va devenir une normalité, c'est le service qui fera la différence. Or on vient chez nous pour le service". La clientèle concernée, "c'est celle de CDiscount et Amazon".

Réalisant un chiffre d'affaires de 21 M€ et employant 225 personnes dans tout l'Hexagone, Lunettes pour Tous affiche ses ambitions, dont celle de voir le nombre de salariés atteindre 500 personnes d'ici mars prochain avec également la perspective d'un chiffre d'affaires qui devrait doubler d'ici 2019-2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :