Quels nouveaux objectifs pour Provepharm ?

 |   |  627  mots
(Crédits : DR)
Connue pour avoir réhabilité le bleu de méthylène, la société installée à Marseille entend dupliquer ce succès à d‘autres molécules afin de s’imposer comme une société pharmaceutique à part entière.

C'était le "premier étage de la fusée". Purifier le bleu de méthylène. Utilisée depuis 140 ans dans la santé et dans l'industrie, cette molécule aux mille vertus a aussi un défaut : celui d'absorber les métaux lourds, ce qui lui a valu une interdiction thérapeutique en 2001.

Alors Provepharm, après 5 ans consacrés à la prestation de services, se lance en 2007 dans la revitalisation de molécules pour redonner ses lettres de noblesse au « Bleu ». Un procédé intéressant pour plusieurs raisons. "On ne part pas de zéro", observe Michel Feraud, PDG de l'entreprise. "Si l'on a déjà mesuré les effets par le passé, on a ensuite une bonne idée des problématiques à régler". Une démarche qui a l'avantage de réduire le cycle de recherche à 5-10 ans, contre 10-15 ans en général, ce qui permet en outre des économies considérables.

Et le modèle semble fonctionner puisqu'en 2008 le procédé permettant de purifier le bleu est breveté. Sa première indication est validée trois ans plus tard pour l'Union européenne. "Nous avons enregistré le produit comme un médicament contre la méthémoglobinémie. Il s'agit d'un empoisonnement du sang : l'hémoglobine est complexée par des polluants qui empêchent le transport de l'oxygène dans le sang". Ce contre quoi le bleu de méthylène purifié a un pouvoir d'antidote. Une fois validée en Europe, l'indication l'a été au Japon, en Corée en Australie et en Nouvelle Zélande, puis Etats-Unis en 2016. "Ce sont des pays plus sensibles à la règlementation sur les métaux lourds et qui veulent retrouver cette molécule". Les pays moins stricts seront peut-être adressés dans un prochain temps. Mais déjà, Provepharm essaie de faire valider d'autres indications du produit, notamment en matière de diagnostic, pour la détection de fistules par exemple.

Changement d'échelle

En 2018, grâce à son Bleu, la société a enregistré un chiffre d'affaire de 38 millions d'euros, forte d'une équipe de 54 salariés, 5 aux Etats-Unis. Un résultat qui l'encourage à dupliquer la démarche pour d'autres molécules souffrant d'un problème de qualité ou "jamais correctement déposées", et à devenir une société pharmaceutique indépendante, spécialiste de la revitalisation.

Pour cela, elle a procédé l'an dernier, pour son vingtième anniversaire, à une réorganisation capitalistique. L'occasion d'offrir un retour sur investissement aux business angels qui l'ont soutenue depuis le début. Mais aussi parce qu'il fallait des "fonds de renommée internationale et structurants". C'est ainsi que Téthys Invest, fonds de la famille Bettencourt, et ArchiMed ont investi plusieurs dizaines de millions dans l'entreprise, restant minoritaires toutefois puisque Michel Feraud et son associé Christophe Baralotto ont gardé 67 % des parts.

De quoi poursuivre la recherche et se doter d'un nouveau site de production "pour être plus réactifs et produire nous-même". Les travaux sont en cours.

Etoffer son portefeuille et ses services

Et pour accélérer plus encore son développement et s'imposer comme une pharma, Provepharm a besoin d'élargir son portefeuille de produits, ce qu'elle a commencé à faire en acquérant un laboratoire fin 2018. Cela lui a valu l'obtention de quatre nouveaux produits, des "vitamines injectables principalement".

Enfin, il est une autre activité à laquelle la société veut donner plus d'ampleur dans les années à venir : la prestation de services sur-mesure pour ses clients, startups ou grands groupes. "Une offre clé en main", du début à la fin de la prestation, jusqu'à la production. Un retour aux sources en quelque sorte.

Autant de projets censés lui permettre "de consolider son développement", et de décoller pour de bon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :