Comment Kuantic participe à la mobilité de demain

 |   |  636  mots
(Crédits : Denis Balibouse)
L'entreprise, basée à Sophia-Antipolis, est spécialisée en télématique embarquée. Un secteur qui sert beaucoup la gestion de flotte pour le BtoB. Mais la technologie et les produits développés pourraient bien avoir d'autres applications dans le secteur BtoC.

Elle dit être une startup avec "quelques rides". L'agilité toujours avec l'expérience acquise au fil du temps. Installée sur la technopôle sophipolitaine, l'entreprise est donc devenue l'une des PME qui reste branchée sur l'innovation. Son sujet, c'est la télématique embarquée. Et les solutions qui vont avec. Ce qui concerne essentiellement la gestion de flotte de véhicules. C'est "savoir à distance, comment et pourquoi sont utilisés les véhicules", résume Samuel Valls, DG de l'entreprise.

Pour être fine dans son approche, Kuantic travaille main dans la main avec les constructeurs. Avec PSA par exemple, elle apporte son expertise pour une partie de la solution Free2Move que le constructeur français a lancé, adressant le particulier et les entreprises. C'est sur ce dernier segment que la PME sophipolitaine apporte ses connaissances. Mais Kuantic développe d'autres partenariats, notamment avec le groupe Renault ou, de façon plus limitée, avec Toyota, même si avec ce dernier, c'est à l'échelle européenne.

"Nous sommes en discussion avec d'autres constructeurs, c'est un processus un peu long", explique Samuel Valls.

Restés connectés

"Vieille startup" ou pas, Kuantic continue son bonhomme de chemin du point de vue de l'innovation. Ainsi son boîtier connecté intègre de nouvelles options, demandées par le constructeur. Notamment l'arrêt à distance, qui permet au gestionnaire de contrôler le véhicule depuis la plateforme qui lui sert au suivi de la flotte. "Cela sert en cas de vol du véhicule ou si le gestionnaire de la flotte ne souhaite pas, par exemple, une utilisation du véhicule le weekend".

Avec le système anti-démarrage, c'est l'obligation pour le conducteur de s'identifier via un badge d'authentification qui est poussée. Et cela répond également à un besoin précis, celui de connaître l'identité du conducteur utilisateur à un moment précis. Ce qui sert lorsqu'il s'agit de donner l'identité d'un chauffeur ayant commis une infraction routière, la loi obligeant désormais l'entreprise à communiquer l'identité du responsable. "Pour cela, il est obligatoire de s'appuyer sur un système fiable", poursuit Samuel Valls.

Autre solution nouvelle, l'auto-partage avec badge offre la possibilité du partage de la flotte en pool, "les salariés autorisés pouvant ouvrir la véhicule et le démarrer".

Et puis il y a une autre étape, supérieure, qui s'appuie sur la solution de réservation Mov'InBlue, c'est-à-dire qui permet le déverrouillage et le démarrage du véhicule grâce à son smartphone. "C'est un système autonome, qui permet toutes les configurations possible autour d'un véhicule partagé", note Samuel Valls. "C'est clairement la mobilité de demain, en entreprise certes mais aussi pour le particulier". Une prouesse qui nécessite la bonne entente et même l'entente poussée avec le constructeur, pour des questions de sécurité et d'inviolabilité du système.

Nouveaux services ?

Indépendante financière pendant 15 ans, Kuantic a accueilli en 2017, un actionnaire, non négligeable, puisque Valéo a acquis 33 % du capital. Un partenaire très proche forcément, avec lequel sera organisé au mois de mars un hackaton, à Paris. "C'est une initiative de Valéo pour mettre à contribution des développeurs. Nous allons leur permettre d'utiliser un ensemble de données brutes issues du boîtier pour essayer d'irriguer de nouvelles formes de service", détaille Samuel Valls.

Employant 70 personnes en Europe - une quarantaine de collaborateurs sont basés à Sophia-Antipolis - Kuantic dispose de filiales en Espagne, Bénélux, Angleterre, Italie. "Nous sommes impliqués dans des projets en Amérique latine, en Allemagne et en Pologne" révèle Samuel Valls. Le chiffre d'affaires 2018 culmine à 10 M€. "Nous avons l'ambition de croître. Nous apportons un savoir-faire que Valéo n'a pas. C'est un enrichissement mutuel".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :