Comment Carnet de Vol veut redécoller

 |   |  480  mots
(Crédits : Carnet de Vol)
Née il y a trente ans, la griffe d'habillement pour homme s'est longtemps identifiée à l'univers aéronautique. Passée dans le giron d'un fonds italien, elle a perdu ses références, déstabilisant sa cible. Désormais pilotée par Emmanuel Pelillo, elle tente de retrouver de la hauteur.

Carnet de Vol sort de sa zone de turbulences. C'est du moins le défi que s'est lancé Emmanuel Pelillo, le nouveau pilote aux manettes de la PME basée à Biot, près de Nice. Créée par un passionné d'aviation en 1989, l'entreprise propose alors des vêtements pour homme inspirés de cet univers, synonyme d'aventure et de défis. Un positionnement qui fonctionne bien jusqu'à la reprise en 1999 par Gruppo Industrie Moda, qui modifie l'identité de la marque et plonge celle-ci dans les affres en déstabilisant sa cible CSP +.

Retour aux fondamentaux

Redevenue française en 2016, Carnet de Vol entre en phase de reconquête en revenant aux fondamentaux, c'est-à-dire en s'inspirant à nouveau de l'aéronautique.

« Nous dessinons, imaginons, mettons en œuvre des produits de l'habillement pour l'homme », explique Emmanuel Pelillo.

Dessinés et imaginés à Biot, les cinq familles de produits - polos, chinos, chemises, pull-overs et vestes casual - sont fabriquées « partout dans le monde ». Soit au Maroc pour les pantalons et les chemises, au Portugal et en Italie pour les chaussettes, au Pérou pour la maille piquée des polos, en Italie encore pour les vestes.

Le choix d'un retour aux valeurs de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :