Stratégie renforcée pour Provence Plants

 |   |  495  mots
(Crédits : DR)
Désormais dirigée par Nicolas Paul, Thomas Plants, spécialisé dans la production de plants de légumes, dont l'entreprise basée à Tarascon est une filiale, devrait accélérer son développement. Où il est question d'augmentation de capacités productives et de croissance, externe notamment.

L'arrivée d'un nouveau dirigeant est souvent synonyme de nouvelle stratégie. Pour Thomas Plants et sa filiale Provence Plants, basée à Tarascon, c'est exactement la volonté impulsée par le nouveau président.

Implanté à la fois en Bretagne et dans les Bouches-du-Rhône, le groupe familial était jusqu'alors piloté par Jean-Yves et Michel Thomas. Mais c'est justement pour donner un nouveau souffle à la PME que le duo de dirigeants a fait le choix de céder la direction et de transmettre celle-ci à Nicolas Paul.

N°2 français en plants bio

Cet entrepreneur originaire des Bouches-du-Rhône a un parcours éclectique, ingénieur de formation, passé par les Etats-Unis, avec des expériences en management notamment dans la restauration entre autres chez KFC. C'est la volonté de diriger sa propre entité qui a poussé Nicolas Paul à s'intéresser à la reprise d'entreprise. Après quelques tentatives qui n'aboutissent pas, c'est finalement avec Thomas Plants que l'accord se fait.

"Seules 18% des entreprises en France sont transmises en famille", indique par ailleurs Nicolas Paul, épaulé dans la transaction par Trajan Capital. papy boom oblige, explique-t-il.

Thomas Plants s'est d'abord fait connaître pour la production de plants de tomates avant d'ajouter la greffe de jeunes plants. Mais c'est vers la production de plants biologiques que l'entreprise familiale s'engage ensuite, afin de répondre aux besoins naissants de la consommation. Jusqu'à en devenir n°2 français, titre revendiqué.

A Tarascon, Provence Plants couvre 60 000 m2 dont 47 000 m2 dédiés aux serres verre. La filiale s'est engagée dans la réduction d'usage de produits phytosanitaires, choisissant en parallèle des méthodes prophylactiques.

Ajout de la R&D

Avec 100 salariés permanents et un chiffre d'affaires de 20 M€, l'entreprise est en bonne santé mais l'arrivé de Nicolas Paul doit l'aider à d'une part conserver son titre de n°2 et d'autre part à prendre position sur de nouveaux marchés. "L'avenir est au manger sain, bio et local", note le président du groupe ajoutant que la tendance en la matière est à la hausse.

La stratégie de la nouvelle direction est de "pérenniser, augmenter les capacités de production, accélérer notamment au niveau commercial", précise Nicolas Paul qui aimerait bien ajouter un troisième voire un quatrième site aux deux existants. A Tarascon, sont notamment produits les plants de melon, de fraises ou encore d'aubergine.

Nicolas Paul table sur 200 millions de plants vendus cette année, vente qui se fait à 100 % en BtoB, auprès des coopératives, des maraîchers ou des industriels. Soit environ 1 000 clients.

Mais c'est surtout une cellule de recherche et développement qui pourrait s'installer au sein du groupe, afin "de développer nos propres variétés et ne pas être dépendants de semenciers". Et puis Nicolas Paul est persuadé de l'avenir de la traçabilité. "Les végétaux seront tracés avec le besoin de remonter jusqu'au plant. Nous pouvons avoir de l'avance sur ce sujet".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :